500 Years of Niccolò Machiavelli’s Masterpiece “The Prince” (1513)

December 10, 2013

“The first method for estimating the intelligence of a ruler is to look at the men he has around him.” Niccolò Machiavelli, The Prince (1513)

December 2013 is dedicated to one of the greatest theorists of politics in history: Niccolò Machiavelli, whose masterpiece ‘The Prince’ came out on December 10, 1513—500 years ago.

In an op-ed in the New York Times John T. Scott (University of California) and Robert Zaretsky (University of Houston), and authors of “The Philosophers’ Quarrel: Rousseau, Hume and the Limits of Human Understanding.”, explore the legacy of ‘The Prince’.

“Yet Machiavelli teaches that in a world where so many are not good, you must learn to be able to not be good. The virtues taught in our secular and religious schools are incompatible with the virtues one must practice to safeguard those same institutions. The power of the lion and the cleverness of the fox: These are the qualities a leader must harness to preserve the republic.

For such a leader, allies are friends when it is in their interest to be. (We can, with difficulty, accept this lesson when embodied by a Charles de Gaulle; we have even greater difficulty when it is taught by, say, Hamid Karzai.) What’s more, Machiavelli says, leaders must at times inspire fear not only in their foes but even in their allies — and even in their own ministers.”

Read full story.

Historian Quentin Skinner on Machiavelli’s “The Prince” (1513)


Earl Shugerman’s Corner: NES AMMIM 2010 – Interfaith Dialogue in Israel

November 25, 2010

Earl Shugerman brings every week a serie of stories about Anglo-Saxon immigrants to Israel. This project is aimed to promote a more realistic view of life in Israel.

NES AMMIM 2010

 

Nes Ammim (Hebrew: נֵס עַמִּים‎, lit. Banner of the Nations) is a Christian community in the northern district of Israel.

Nes Ammim (Hebrew: נֵס עַמִּים‎, lit. Banner of the Nations) is a Christian community in the northern district of Israel.

 

An important fact that people should know about Israel is that roughly twenty percent of Israeli citizens are Muslim, Christian and Druze. The seven million citizens of pre-1967 borders manage to live together in a fairly democratic, but far from perfect society. Many Israelis of all backgrounds are trying to improve our society and its political awareness.

Once a month I participate in a joint prayer meeting with the Focolare. The Focolare is the largest Catholic outreach movement with five million members. The Focolare movement is an international organization based on ideals of unity and universal brotherhood. The movement was founded in Trent Italy 1944 by Chiara Lubich. Chiara was just a teenager when she decided to found the movement. During this period, Italy was occupied by the Allies. Chiara made a choice to stay in Trent to help the wounded and the homeless. Seeing the horrors of war first hand she and her friends had vowed to live a humble life and yet to promote peace and brotherhood throughout the world using Catholicism as their base. However, they have strong connections to different denominations and various faiths. The Focolare movement is present today in 182 nations. Through a network of eighteen branches the Focolare has an impact on both eclectic and secular life. Our meetings are held at Or Hadash Synagogue in Haifa, and hosted by Rabbi Edgar Nof.

Each summer the movement holds local retreats over 100 worldwide, where members and new comers come together to discuss the movement and enhance spirituality. The first such meeting was held in Italy in 1949, while today 200.000 people participate from all over the world. Many of the people who attend are Catholics, but members of other faiths participate as well. I and my fellow congregates from Or Hadash attended this year’s event in Israel. Kibbutz Nes Ammim hosted the activity.

The Nes Amim Christian kibbutz is located between Naharia and Nazareth (all in the area of west Galilee) the home of Mary Magdalene and residence where Jesus was raised. The kibbutz was founded by various Christians from different European backgrounds. The term “Nes Amim” means “banner of nations” it was used in Isaiah 11:10. The theology of “Nes Amim” refers to the need for dialogue between Jews, Christians and all religions.

Nes Ammim 2009 was a successful and memorable experience. It was the first time in history that Jews, Muslims, and Christians from both sides of our borders participated in the convention. We were blessed be chosen as the first Jewish attendees. This year the attending participants came from very diverse backgrounds. There were individuals from Ramala, Ra’anana, Haifa, Jerusalem and even Egypt. There were also participants from Italy, Brazil and Uruguay, who traveled half way around the world to attend the occasion. The convention’s program was similar to last year’s. The three hundred participants were divided into several small groups to enjoy spiritual, artistic, and social activity. There were art classes, drama exhibitions, knitting instruction, meditation, and of course the beloved hiking trails and swimming pools. Nes Ammim hosts a church, a synagogue, and mosque. Many of us attended each other’s weekly prayers.

The three hundred individuals that attended Nes Ammim had their own beliefs, values, goals, and lifestyles. These diversities are a reflection of life in Israel and Palestine. That is the reason that this type of activity should continue in growing numbers, and that the world should be aware of them. I firmly believe that the people of this region can be an example to the rest of the world that the ploughshare can indeed replace the sword.

About the author: Earl Shugerman is a retired American Government public relations specialist,  currently spokesman in Haifa for The Jewish Agency and a writer specializing in interfaith relations. He has worked together with the Catholic and Southern Baptist Movements, the Reformed Jewish Movement and Muslim groups in interfaith activities.


Forza Repubblica Italiana: Celebration of Italy’s freedom from Nazism by The United States of America

October 27, 2010

“I am constantly amazed by man’s inhumanity to man.” Primo Levi

Despite the fact that Fascist Italy had been one of the key Axis powers, the Allies, especially the Americans, were treated as liberators when they entered Rome. This was in part because of the German occupation. Source: U.S. Army.

Despite the fact that Fascist Italy had been one of the key Axis powers, the Allies, especially the Americans, were treated as liberators when they entered Rome. This was in part because of the German occupation. Source: U.S. Army.

A testimony by Guest Author Marcelo F. Antunes

This celebration is performed by Italians dressed with uniforms of US Soldiers and Marines supported by real Jeep’s and armored cars and it is held every year at September 1st at the Capri Island at the Napoli Gulf.

It happened twice, first the real thing at September 1st, 1996 as can be seen printed in the pictures, then recently a closed friend let me use his slides scanner and I started to digitalize all my slides & negatives taken at all my previous trips around the world.

Hotel - Ana Capri

Hotel – Ana Capri

It seemed to me that I did enter a time capsule as several facts already forgotten came to my mind live again. This is one of those reminds that must be revived again as freedom be it from a physical slavery or mind slaved standpoint is always a quest to be realized.

I came to Ana Capri for a timely vacation with my wife Thereza and we arrived there exactly at August 30th when we were notified by the hotel concierge that next day starting at the night fall an yearly celebration known as “Settembrata” was going to take place and we were invited to participate – we were the only Hotel guests – as this is a celebration that only Ana Capri citizens were allowed to enroll.

We decided to do it and at the fall of the celebration day we received tickets for it and it started by a continuous people lane where all of them received flowers, banners as it started moving with all people singing local songs amidst narrow streets all decorated.

First stop was for a cup of wine and some appetizers – “entrés” – with a round dance after it following through the streets to the next stop for a “primo piatto” also with a glass of wine then … “secondo piatto”, … till we reached a small square where we spotted several US Soldiers – as we firstly imagine – with the American Flag – yet singing in Italian!

We asked our feast fellows about such an incredible fact when we knew that was a celebration of Italy WW II freedom granted by the Allies, specially the American Army, Navy and Air Force. Then following though the streets, squares and gardens, lots of Soldiers, Marines, Jeeps, Armored cars, etc., where met with songs, flowers, speeches and whatsoever might be realized about.

A real big party. Only people that can think, knows how to be grateful for a freedom! I haven’t yet returned to see if the celebration repeats at the very same day!

I hope it could help in support of US Soldiers, Marines and Pilots in the eternal fight against ignorance, slavery and to all democracy enemies as well. There is another essay at my site helping in the understand about our individual and collective war towards a more Just and Righteous World. It can be downloaded here.

Marcelo F. Antunes

Photos: © Marcelo F. Antunes


The Legacy of Niccolò Machiavelli: The Common Sense in Politics

October 15, 2010

„The first opinion which one forms of a prince, and of his understanding, is by observing the men he has around him; and when they are capable and faithful he may always be considered wise, because he has known how to recognize the capable and to keep them faithful. But when they are otherwise one cannot form a good opinion of him, for the prime error which he made was in choosing them.“ Niccolò Machiavelli

„Power and violence are opposites; where the one rules absolutely, the other is absent. Violence appears where power is in jeopardy, but left to its own course it ends in power’s disappearance.” Hannah Arendt

Historians Hannah Holborn Gray, Roger D. Masters, Mark Musa, Robert Hariman, Henry Kissinger, Gary Hart and Donald Kagan recalled Niccolò Machiavelli, the founder of modern politics.

Historian Quentin Skinner on Machiavelli’s The Prince (1513)


World Jewish Congress president Ronald Lauder calls on Pope Benedict XVI to clarify Vatican’s stance on Pius XII

January 17, 2010

 

Pope Benedict & Ronald S. Lauder

Pope Benedict & Ronald S. Lauder

The following opinion article by World Jewish Congress President Ronald S. Lauder was published by the leading Italian newspaper Corriere della Sera on the eve of Pope Benedict’s visit to the Great Synagogue of Rome.

Time for a few illuminating words

By Ronald S. Lauder

When a Catholic bishop visits the main synagogue in his diocese it is first and foremost a mark of friendship and an expression of the good relationship between the two local religious communities. Things are somewhat different when such a visit occurs in Rome, as the Bishop of Rome is also pontiff of the Catholic Church, representing more than a billion Catholics world-wide.

It is therefore important to Jews around the world what Pope Benedict XVI has to say this Sunday in Rome’s main synagogue on the Jewish-Catholic relationship and on a number of sensitive issues has already caused a sensation during his pontificate thus far.

Benedict XVI has often emphasized how important good relations to Judaism are to him. Through his trips to Israel, to Auschwitz, and his visits to synagogues in Cologne and New York, he has proved that he is sincere.

The German-born Pope has always been an outstanding theologian and a sharp-witted thinker. And yet, sometimes we see another Benedict, one who surprises us with decisions that – even for the well-meaning amongst us – are difficult to comprehend.

We Jews are generally very sensitive folk; some would say over-sensitive – although history has given us enough reason to be vigilant, given that anti-Semitism was very widespread and deeply rooted in the higher echelons of the Christian churches until a few decades ago.

Moreover, we Jews are an emotional people, and in public life we don’t always judge a statement or a decision made by the Pope by purely rational or intellectual criteria which perhaps are the hallmarks of a theological seminary. We pay close attention to gestures and symbols, especially from a Pope of German origin.

And we are quick to interpret his decisions in a certain way, even when they do not appear entirely obvious to us, because we always fear that others will deliberately interpret them in a way that one could regard as offensive to us.

All of this wouldn’t matter much had not dissent and controversies between our religions often served as justification for exclusion, persecution, and even violence. We need to make sure that we overcome former divisions and do not repeat the mistakes of the past.

Certain reasoning and decision-making by the Pope that is perfectly logical within the framework of Catholic theology and teaching can have a completely different meaning for the outside world (the same also applies to Jewish thinking), hence the need to explain and communicate these decisions in a comprehensible fashion.

When the Pope allows the use of the Good Friday Prayer of the old Tridentine liturgy, which calls for Jews to acknowledge Jesus Christ as the Savior of all men, some of us are deeply hurt.

When the Pope decides to lift the excommunication of bishops of the ultra-conservative and anti-Semitic Society of St. Pius X, among them a notorious Holocaust denier, we are upset.

When we have the impression that the beatification process of Pope Pius XII is being rushed through before all the documentation kept by the Vatican on this pontificate is revealed, many of us are disturbed. During that Pope’s pontificate, six million Jews in Europe were murdered by the Nazis, and there is an on-going debate about whether Pius XII really did all in his power to save at least some of them.

Holocaust survivors in particular feel upset when “heroic virtues” are accorded to Pius XII, even though that may make perfect sense within the inner-Catholic framework and may have nothing to do with his actions during World War II. To be clear: is it neither up to us Jews, nor to other outsiders, to decide who should be declared a hero or a saint of the Catholic Church. I also do not presume to be in a position to render a final judgment on Pius’ actions – or inaction – during World War II.

Yet those who view Pius XII and his behavior during that period critically – among them many historians – should be heard before irreversible decisions are taken hastily. Until all papers relating to Pius XII during the crucial period are accessible, the Vatican would be well advised to pause for a moment. Otherwise, even Catholics might have great trouble in recognizing the “heroic virtues” of Pius XII, and the reputation of the present Pope would consequently also suffer some damage.

Despite all these differences in opinion between Catholics and Jews – and it is only normal that they exist – the relationship between Jews and the Vatican is based on a solid foundation. We have managed, since the 1965 Declaration Nostra Aetate, to maintain a dialogue based on mutual trust. This dialogue is much more advanced than that with other Christian denominations, or with Islam.

I harbor no doubts whatever about the positive attitude and open-mindedness of Pope Benedict XVI vis-à-vis the Jews. He is more than welcome in our synagogues and I hope there will be many more such important occasions in the future.

However, on Sunday, when he pays a visit to Rome’s main synagogue on the invitation of the local Jewish community, we would welcome a few illuminating answers to some of the questions I outlined above. That could help dispel some of the irritations of the past months that have unnecessarily strained Jewish-Catholic relations.

Many Jews would recognize that as a small “heroic virtue” of the Pope.


Alan Poseners Kolumne: Papst Benedikt und die deutsche Anti-Israel Lobby

September 3, 2009

Der britisch-deutsche Journalist Alan Posener kommentiert wöchentlich das Zeitgeschehen in Politik, Gesellschaft, Wirtschaft und Kultur für HIRAM7 REVIEW.

Von Alan Posener
Die Welt / Welt am Sonntag  / HIRAM7 REVIEW

Robert Spaemann ist nicht irgendjemand. Der Philosoph ist Vordenker und Nachbeter des gegenwärtigen Papstes. Wenn sich also Spaemann zu Israel äußert, sollte man genau hinhören. Am 25. Juli 2009 veröffentlichte Spaemann einen Beitrag in der Frankfurter Allgemeinen Zeitung (FAZ): „Schutz und Gehorsam“. Schon am nächsten Tag war er auf der Website der Deutsch-Arabischen Gesellschaft, der wichtigsten Organisation der deutschen Anti-Israel-Lobby,  nachzulesen.

apbuch

Robert Spaemann beginnt mit der Feststellung: „Dem Staat Israel ist es in dem mehr als einen halben Jahrhundert seiner Existenz nicht gelungen, als bereichernder, selbstregulierender Teil der Region anerkannt zu werden.“

Das ist zweifellos richtig, und dafür gibt es Gründe, vornehmlich die Tatsache, dass die arabischen Führer kein Interesse an der Art Modernität haben, die Israel der Region seit seiner Gründung vorlebt. Demokratie, Rechtsstaatlichkeit, individuelle Freiheit, intellektuelle Lebendigkeit. (Das Interesse des Vatikans an diesen Errungenschaften der Moderne ist übrigens auch nicht stark ausgeprägt, aber das nur nebenbei.)  Spaemann macht aber Israel dafür verantwortlich, dass die meisten arabischen Staaten bis heute sein Existenzrecht nicht anerkennen: „(Israel) ist immer als Herr aufgetreten.“

Sagen wir es so: eine solche Schuldzuweisung ist zumindest einseitig.

Spaemann geht aber weiter: Israel habe sich nur deshalb ständig als Herr aufspielen können, weil es von den USA eine Schutzgarantie besitze. Wer auch nur elementare Kenntnisse der Geschichte des Nahostkonflikts besitzt, weiß zwar, das dies bis nach dem Sechstagekrieg 1967 keineswegs der Fall war; und dass die Schutzgarantie, die etwa die Bundesrepublik dank Besatzungsstatut und Nato genoss und genießt, viel stärker ist als die völkerrechtlich und militärisch unverbindlichen Erklärungen amerikanischer Präsidenten gegenüber Israel. Aber egal.

Aus dieser angeblichen Schutzfunktion der USA lautet Spaemann eine „Gehorsamspflicht“ Israels ab. Es sei nun einmal ein „Grundgesetz des politischen Lebens“: „Wer Schutz gewährt, muss die Bedingungen diktieren können.“ Und das täten die USA nicht, so dass sich Israel beständig „wie ein Halbwüchsiger handeln“ könne, der „nie die Suppe auslöffeln“ müsse, die er sich eingebrockt hat, weil „Papa es schon richten wird.“

Unsereiner dachte naiverweise, zum „Grundgesetz“ des Westens gehöre die Souveränität der Staaten, anders als im Ostblock unseligen Angedenkens. Wir dachten, über Israels Außenpolitik hätten Israels Regierungen zu entscheiden, und über Israels Regierungen die Wähler. Wir dachten, der „Zusammenhang von Schutz und Gehorsam“ sei mit dem Mittelalter verschwunden; und wir fragen uns, ob der Vatikan wirklich jemals bereit gewesen wäre, den Schutz, den ihm Italien und die Nato – also letztlich auch die USA – während des ganzen Kalten Kriegs gewährt haben, mit irgendeiner Form des „Gehorsams“ zu beantworten. Das war zwar der beständige Vorwurf der Kommunisten, die im Papst lediglich eine Propagandapuppe des US-Imperialismus sahen, aber gegen solche Anwürfe hat unsereiner die Päpste stets in Schutz genommen.

Und es ließe sich ohne weiteres nachweisen, dass der Vatikan seine Politik nie von den Interessen Italiens, der Nato oder des Westens diktieren ließ. Aber quod licet Jovi, non licet bovi, so mag Spaemann denken: natürlich gelten „politische Grundgesetze“ nicht für den Stellvertreter Gottes auf Erden. Sondern allenfalls für jene, die durch ihre bloße Existenz jenen Anspruch des Papstes, Gottes Stellvertreter und alleinbevollmächtigter Ausleger seines Willens zu sein, in Frage stellen: sein Volk – die Juden.

Was soll also Washington als Schutzmacht von seinem Mündel Israel laut Spaemann verlangen? Nun, zuerst die übliche Litanei einseitiger Vorleistungen: Stopp des Siedlungsbaus und dann „Beseitigung“ aller bisher gebauten Siedlungen und Beendigung der „Besatzung fremden Territoriums“. Gut, über die Sinnfälligkeit und die Erfolgsaussicht solcher Maßnahmen kann man rational unter Israelfreunden diskutieren.

Aber Spaemann verlangt viel mehr, und gilt es, aufzuhorchen: „Ferner: Israel verzichtet auf die ethnische Selbstdefinition, die jeden Nichtjuden in diesem Staat zum Fremden macht.“ Anders gesagt. Der Judenstaat verschwindet. Besser könnte es die Hamas auch nicht formulieren.

Es ist schon bemerkenswert, was herauskommt, wenn „es“ aus führenden Katholiken wieder einmal spricht. Von Papst Benedikt wäre – gemäß dem „Grundgesetz von Schutz und Gehorsam“ eine klare Zurückweisung solcher Gedankenspiele zu verlangen.

Schließlich kann sich Robert Spaemann solche Kindereien in einer großen Zeitung nur leisten, weil man – zu Recht – davon ausgeht, aus seinem Munde das zu hören, was Benedikt klammheimlich denkt.

Links

Alan Poseners Filmkritik über Inglourious Basterds

Alan Poseners neues Buch: Benedikts Kreuzzug – Der Angriff des Vatikans auf die moderne Gesellschaft

Die in HIRAM7 REVIEW veröffentlichten Essays und Kommentare geben nicht grundsätzlich den Standpunkt der Redaktion wieder.


Happy Invertising Summer!

August 8, 2009

Carissimi,

vi auguro una felice estate con un video, che spero possa ispirare la nostra pausa, per rientrare al lavoro con rinnovate energie per affrontare tutto il nuovo che ci aspetta.

Ci vediamo a Settembre per progettare il futuro della comunicazione.

Saluti

Alexandre Gabriel Levy

New Business Director
Ogilvy
www.ogilvy.com


Protected: Italy preparations for 35th G8 summit

July 7, 2009

This content is password protected. To view it please enter your password below:


Pope Benedict’s Historic Visit to Israel

May 14, 2009

papal_visit_2009

Pope Benedict XVI’s trip to Israel is a historic and positive step forward for Vatican-Israel relations and the Catholic-Jewish dialogue. This important trip reaffirms Pope Benedict’s commitment to continue to strengthen relations between the Vatican and the State of Israel, begun under his predecessor Pope John Paul II

Benedict XVI’s visit – nine years since the last one by Pope John Paul II – is being hailed both as a reconfirmation of the Vatican’s commitment to meaningful and respectful dialogue and relations with the Jewish people, but also as a missed opportunity to deliver more unambiguous and emotive messages of a German pope’s remorse for the church’s past persecution of Jews. The Pope was criticized by some leaders in Holocaust remembrance, other commentators and Holocaust survivors for not having cited at Yad Vashem the number “six million,” for having used the term “killed” instead of “murdered,” and for not having specifically affirmed remorse for Germans’ or Christians’ actions.

In a op-ed published in the newspaper Jewish Telegraphic Agency (JTA), Abraham Foxman explains the true meaning of Pope’s visit to Israel.

***

The Importance of the Pope’s Visit to Israel

by Abraham H. Foxman
National Director of the Anti-Defamation League (ADL)

Foxman

When his plane touched down at Ben Gurion International Airport, Pope Benedict XVI became only the second pope in the history of the Catholic Church to officially visit the State of Israel.

Israeli, Jewish and Vatican leaders expressed high hopes for a smooth visit that would enhance the Catholic-Jewish and Israel-Vatican relationships.

Yet almost from the minute he got off the plane, Benedict’s actions and words have been severely scrutinized, dissected and criticized from all sides. This extraordinary level of public and media scrutiny has led to a series of controversies, expressions of dismay and failed expectations by some Israeli leaders.

It must be recognized that Benedict is following in the footsteps of his predecessor, the beloved Pope John Paul II, whose groundbreaking pilgrimage in March 2000 hit all the right notes and captured the hearts and minds of Jews and Catholics around the world. From the get-go it was always going to be unfair to measure Benedict’s trip by John Paul’s, especially since Benedict has stepped into a roiling political, religious and social climate that is vastly changed from the more hopeful regional environment just nine years ago.

It is not only the region that is different. The two popes have vastly different personalities and public personas. Where the Polish-born John Paul II was a grand communicator able to project his charm and personal story to a wide audience, Benedict, a native of Germany, is a reserved theologian who conveys a professorial tone.

Beyond style, there are the words themselves. In this there is room for debate.

Prominent officials have sharply criticized Benedict’s much-anticipated speech at the Yad Vashem Holocaust memorial for failing to live up to expectations.

When Pope John Paul II visited Yad Vashem he referenced the Nazis by name, condemned the murder of millions of victims and mourned the loss of his Jewish friends.  He met at length with 30 Polish Jewish survivors.

By contrast, Benedict failed to mention Nazis or Germany, as well as his own personal history in Germany during the war. He did not use the word murder and ignored the issue of Christian responsibility for the Holocaust. A historic opportunity was squandered.

Yet a close examination of Benedict’s text and actions shows that he did deliver an appropriate speech focusing on the concepts of remembrance. He also met briefly with Holocaust survivors. It must be noted also that in recent months, Benedict has made strong statements repudiating Holocaust denial.  And in the past, Benedict has talked about his personal experiences as a member of Hitler Youth and the Germany Army.

Therefore, it would do us well to keep things in perspective and recognize what this pope has said and done.

By coming to Israel at this time, the 82-year-old pontiff is solidifying the Vatican’s formal relationship with the State of Israel, launched when a historic diplomatic agreement was signed in 1993. His trip demonstrates the Church’s commitment to the security and survival of Israel as a Jewish state.

Benedict is also establishing a track record for future popes. No longer will Pope John Paul’s journey be able to be portrayed as an aberration or a personal mission. Indeed, Benedict’s trip will institutionalize that every pope visit Israel and commit the billion-member Roman Catholic Church to the importance of Israel as the Jewish state.

Benedict’s voyage also demonstrates the continuity of the Church’s commitment to enhance relations with the Jewish people. As Cardinal Joseph Ratzinger, he was Pope John Paul’s chief theologian and, therefore, the many positive improvements in Jewish-Catholic relations over the past three decades were done in consultation with him.

To be sure, there are a series of outstanding serious issues challenging the Vatican-Jewish dialogue, including the recent troubling regressions in Catholic theology and liturgy about Judaism. Israel and the Vatican also have complicated property and tax issues to resolve.

However, the focus on this trip should be in recognizing the positive contributions of the current pope. Benedict has pledged to keep strengthening Catholic-Jewish relations and reaffirmed the Church’s unqualified repudiation of anti-Semitism and Holocaust denial. He has taught that Christians should gain a new respect for the Jewish interpretation of the Old Testament. And he has asserted that God’s Covenant and promises to the people of Israel are alive and irrevocable, further demonstrating his belief that the Jewish people “are beloved brothers and sisters.”

While we believe that Jews must remember and honor the past, we cannot change it. What we can do is create a future where Catholics and Jews deepen and expand our dialogue and work together with mutual respect and understanding in the interests of tikkun olam (i.e. Restoration of the World).

***

About the author: Born in Poland in 1940, Abraham Foxman was saved from the Holocaust as an infant by his Polish Catholic nanny who baptized and raised him as a Catholic during the war years. His parents survived the war, but 14 members of his family were lost.

After he arrived in America in 1950 with his parents, Mr. Foxman graduated from the Yeshiva of Flatbush, in Brooklyn, NY, and earned his B.A. in political science from the City College of the City University of New York, graduating with honors in history. Mr. Foxman holds a law degree from New York University School of Law, and did graduate work in Jewish studies at the Jewish Theological Seminary and in international economics at New York’s New School for Social Research.

On October 16, 2006  Foxman was awarded as Knight of the Legion of Honor by Jacques Chirac, the President of France at the time. This award is France’s highest civilian honor.

Abraham Foxman is also author of the bestseller The Deadliest Lies: The Israel Lobby and the Myth of Jewish Control.


Deutschland soll sich dem Boykott der antisemitischen UN-Propaganda-Konferenz „Durban II“ durch Kanada, die USA und Italien anschließen

March 10, 2009

Gemeinsame Pressemitteilung des Koordinierungsrats deutscher Nicht-Regierungsorganisationen gegen Antisemitismus, der Jüdischen Gemeinde zu Berlin und des Jüdischen Forums für Demokratie und gegen Antisemitismus

Pressemitteilung lesen.


Canada, Italy and U.S. withdraw from Durban II

March 5, 2009

Italy and the United States joined Canada and Israel as the only countries to date to have withdrawn from the upcoming Durban Review Conference, a follow-up to the infamous 2001 U.N. World Conference Against Racism in South Africa that was marred by anti-Semitism and Israel-bashing.

Italy must be praised for this admirable leadership in becoming the first European Union member state to withdraw, and similarly the Obama administration must be lauded for showing that the U.S. speaks with a consistent moral voice against the singling out of Israel for condemnation in the United Nations.

More in the News:
Reuters
The Washington Post


Power Rules: How Common Sense Can Rescue American Foreign Policy

March 5, 2009

A MUST-READ BOOK  ABOUT AMERICAN POWER IN THE TWENTY-FIRST CENTURY WRITTEN BY FOREIGN POLICY INSIDER LESLIE HOWARD GELB

Published by HarperCollins in March 2009

The first method for estimating the intelligence of a ruler is to look at the men he has around him. (Niccolo Machiavelli, The Prince, 1513)

Inspired by Machiavelli’s classic The Prince, former top Pentagon official and Pulitzer Prize–winning columnist for the New York Times Leslie H. Gelb offers illuminating guidelines on how American power actually works and should be wielded in today’s tumultuous world.

Reviews & Endorsements:

Power Rules belongs in the top tier.”
National Interest

“If you care about America’s standing in the world – why it has declined, and how to restore it – this book is essential reading. Leslie Gelb, one of America’s most distinguished practitioner – observers of foreign policy, brilliantly explains how a series of administrations weakened our nation’s security, and shows how we can reverse this trend. Sparing no one in his analysis, Gelb shows how the U.S. failed to use its own strengths to achieve its stated goals, and offers, in succinct and user-friendly prose, the basic power rules with which the U.S. can – and must – restore its proper leadership role in the world. Power Rules is an indispensable book for the new era.”
Ambassador Richard Holbrooke

“Leslie Gelb has as much experience in foreign policy as anyone alive. Unlike most writers in this field, he isn’t afraid to use plain language and say what he means. He relishes hard truths. And he doesn’t mind making powerful enemies. All of these are prerequisites to writing a modern Prince – which is what Gelb has done. I don’t agree with all of it, but I greatly admire this handbook on the uses of American power in a complex age.”
George Packer, The New Yorker

“Leslie Gelb tells it like it is: making U.S. foreign policy and using American power are common sense, not rocket science. Our leaders forget this truth at our peril. Incisive and thoroughly compelling, Power Rules is rich in colorful stories as well as in sound advice for our president and our people.”
Brent Scowcroft, former national security adviser

Power Rules provides a much-needed antidote to the ideological fevers that have ravaged American statecraft in recent years. Leslie Gelb’s reflections on power, its effective use, and its limitations are shrewd, trenchant, and refreshingly devoid of either cant or partisanship.
Andrew J. Bacevich, professor of international relations at Boston University

“For years, Leslie Gelb’s friends have been learning about foreign policy by way of his wisecracks and anecdotes. In Power Rules, he shares a lifetime’s worth of wit and wisdom with the rest of the class. The amazing thing about this shrewd updating of The Prince is not just the insight Gelb brings to topic of America’s exercise of power in the post-Cold War, post-Bush world, but how entertaining he makes the whole subject. This book is a must-read not just for President Obama, but for anyone who wants to understand how the new administration can improve its odds of strategic success.”
Jacob Weisberg, Harvard University, Kennedy School of Government

Click here to order this book.


American Jewish Committee Annual Meeting 2009

February 18, 2009

ajcannualmeeting2009

With hundreds of outstanding thinkers and activists from the U.S. and abroad, the American Jewish Committee (AJC) invite you to connect with people whose experience, intellect, and commitment will inspire you. They are all converging on AJC’s 2009 Annual Meeting in Washington, D.C., who will take place on May 2009.

Will you join us?

You will have an opportunity for an intimate dinner with one of AJC’s overseas office directors, an ambassador or other distinguished guest.

And, you will participate in small, hands-on sessions, each geared to help you develop key skills for becoming an even more effective activist.

Now, when the need for informed, energized advocacy has never been greater, connect with principles close to your heart and people equally dedicated to them.

Featured speakers include:

  • Felipe Calderon, President of Mexico
  • Franco Frattini, Foreign Minister of Italy
  • Stuart A. Levey, U.S. Under Secretary for Terrorism and Financial Intelligence

Register at www.ajc.org  by March 1, 2009 to get the Early Bird $100 discount. Or call 212-891-6718.


Pope Benedict XVI under pressure

February 2, 2009

Pope Benedict XVI is under increasing pressure following his decision to revoke the excommunication of several leaders of the ultra-conservative Society of Pius X, among them a Holocaust denier.

Several Catholic bishops expressed their unease over Benedict’s decision ten days ago to allow back in Richard Williamson and others into the Catholic Church. Williamson recently denied that the Holocaust occurred and said that Nazi Germany had never used gas chambers.

Israel’s minister for religious affairs, Yitzhak Cohen, has threatened to suspend relations with the Vatican, the German news magazine ‘Der Spiegel’ reports. Cohen said he recommended “completely cutting off connections to a body in which Holocaust deniers and anti-Semites are members.” The Chief Rabbinate of Israel last week broke off official ties with the Vatican to protest the Pope’s decision.

British-born Richard Williamson is one of four bishops who are members of the Society of Pius X, a traditionalist Catholic order, whose excommunication was lifted a week ago. Williamson, who now lives in Argentina, had claimed in a television interview that historical evidence was “hugely against six million having been deliberately gassed in gas chambers as a deliberate policy of Adolf Hitler … I believe there were no gas chambers”. Williamson was excommunicated 20 years ago after being ordained a bishop by the French archbishop Marcel Lefebvre without papal consent.

The Vatican said it had been unaware of Williamson’s views on the Holocaust when the decision was made to readmit the group, and the Pope quickly distanced himself from the comments and expressed “full and indisputable solidarity” with Jews. However, condemnation from Jewish groups was widespread.


Vatican Launches YouTube Channel: For Unto Us A Pope Is Born!

January 25, 2009

The Vatican said that with a new YouTube channel, it hoped to broaden the pope’s audience – around 1.4 billion people are online worldwide – while giving the Holy See better control over the pope’s Internet image.


Bilanz der israelischen Operation Gegossenes Blei

January 22, 2009

idf-soldaten

Die israelische Armee (ZAHAL) hat in einem Informationsbrief ihre mittlerweile abgeschlossene Selbstverteidigungs-Operation Gegossenes Blei im Gaza-Streifen bilanziert.

Richard Kemp, Oberst der britischen Armee, der 2003 in Afghanistan gekämpft hat, lobte in einem Gespräch mit der BBC die außergewöhnlichen Bemühungen der israelischen Armee zur Schonung der palästinensischen Zivilbevölkerung: “Es hat nie eine Zeit in der Geschichte der Kriegsführung gegeben, da eine Armee mehr dafür getan hat, die Zahl der zivilen Opfer zu reduzieren, als die Israelischen Verteidigungsstreitkräfte (ZAHAL) es heute in Gaza tun.”

Unterdessen berichtet die gestrige Ausgabe der italienischen Tageszeitung Corriere Della Sera unter Berufung auf einen Arzt des Krankenhauses Shiva in Gaza, dass die Zahl der Todesopfer der israelischen Militäroperation womöglich sehr viel geringer sei, als von der Hamas kolportiert werde (Die Rede war bisher von 1300 Toten gewesen): “Die Zahl der Toten liegt bei nicht mehr als 500 bis 600. Die meisten sind junge Männer im Alter von 17 bis 23 Jahren, die von der Hamas rekrutiert wurden, die sie dann ins Massaker schickte”, sagte der Arzt, der aus Angst um sein Leben anonym bleiben möchte.

Lokale Journalisten bestätigten diese Aussage: “Vielleicht ist das wie in Jenin 2002. Am Anfang sprach man von 1500 Toten und am Ende stellte sich heraus, dass es sich nur um 54 handelte, 45 davon bewaffnete Kämpfer.”

Andere Palästinenser erzählten der Zeitung davon, wie die Hamas Krankenwagen als Fluchtfahrzeuge missbraucht habe.


Two Battles That Saved the West: Lepanto 1571 and Vienna 1683

December 14, 2008

Revisiting a topic from the first Bradley Lecture Series in 1988-1989, Michael Novak delivered the fourth installment of The American Enterprise Institute’s twentieth-anniversary Bradley Lecture Series on December 8, 2008, at Washington, D.C. The author is a leading Catholic theologian, former U.S. ambassador, and George Frederick Jewett Chair in Religion and Public Policy at the American Enterprise Institute.

Click here to download or listen to audio of the lecture at The American Enterprise Institute (AEI). Special thanks to Veronique Rodman, AEI’s Director of Communications, for recording and streaming the event.

How Europe Escaped Speaking Arabic

by Michael Novak

The Western world has never taken Islam with the full seriousness it has earned. Down through history, once Islamic armies have conquered a land, with very few exceptions, that land has remained Muslim.

A Christian will wish in vain that the great circle of Christian lands around the Mediterranean (and on up into Syria, Iraq, Iran, and northwards into Georgia) had not fallen irretrievably into Muslim hands, most of them before 732 A.D. For Christians who think that the future of the world favors movement in their direction, a study of the latent dynamism of Islam is not a little unsettling.

Edward Gibbon, finishing up his The Decline and Fall of the Roman Empire (1776-78), was able to imagine how easily serene little Oxford could have been dominated by tall Islamic minarets before his birth, and the accents in its markets would have been Arabic: ” . . . the interpretation of the Koran would now be taught in the schools of Oxford, and her pulpits might demonstrate to a circumcised people the sanctity and truth of the revelation of Mahomet” .

Gibbon was writing about the decisive battle of Poitiers in 732 A.D., when at last a Christian leader, Charles Martel, drove back the Muslims from their highwater mark in Western Europe with such force that they went reeling backwards into Spain. From there, it took Spain another 750 years – until 1492 – to drive Islamic armies back into North Africa, whence they had invaded. Even so, the Islamic terror bombers who just a few years ago killed more than a hundred commuters in Madrid did so (they announced) to avenge the Spanish “Reconquista” of 1492. For Islam, to lose a territory once Muslim is to incur a religious obligation to wrest it back.

It had been a marvel in 732 that a mere one hundred years earlier, Mohammed had launched his army from Medina, to conquer in rapid fire so many of the most glorious capital cities of Christianity – Jerusalem, Antioch, Alexandria, Hippo, Tunis, Carthage, and then all of Spain. More amazingly still, Muslims went very quickly further into the Far East than Alexander the Great ever had.

Even today, in the eyes of influential Muslims, the expansion of Islam (although it covers a huge swathe of geography) is far from finished. The religious obligation at the heart of Islam is to conquer the world for Allah, and to incorporate it all into the great Islamic Umma. Only then will the world be at peace. Submission to Allah is the reason why the world was created.

In any case, Islam began making war on the Christian world from the very first moments of its birth. For a thousand years afterward, it fell to southern Europe, and in particular the Pope, to give active military resistance to the “Saracens” (as the Islamists came to be known in the West). From 632 A.D. until about 1292, Arab nations led the Muslim onslaught on the West. After that, the Turks established their dominion (the caliphate) over most of the Arab world. For hundreds of years a huge sea war ensued for control of the Mediterranean. But war by land was not called off.

The Turks expanded their empire in all four directions on the map. For more than a century they made attempt after attempt to take down the largest and richest of the Christian capitals, Constantinople, whose walls they finally breached in 1453. There followed great plunder, huge fires of destruction, the desecration of Christian basilicas and churches, murder, torture and thousands of Christian men, women, and children marched off in long lines toward slavery in the East.

A long line of great warrior-sultans sponsored Turkish advances in shipbuilding, gunnery, military organization, and training. By the mid 1550s, they had slowly conceived of a long-term offensive, a pincers movement first by sea and then by land, to conquer the whole northern shore of the Mediterranean. They first launched a massive sea attack in 1665 on the crossroads of the Mediterranean, the strategically placed island of Malta, and were repelled after an epic siege (which in itself is one of history’s great stories). Their penultimate aim was to take all Italy; then all Europe. 

The northern pincers movement by land was aimed at an attack up through the Balkans for the onquest of Budapest and then, in a northeast arc into Slovakia and Poland. In this way, the Muslim forces would essentially encircle Italy from the North.

Because by 1540 the Reformation was separating the Christian nations of the north from Rome, the Sultans soon recognized that the Christian world would no longer fight as one. The next hundred years or so would be the most fruitful time since Mohammed to fulfill the destiny of Islam in Europe.

The Preliminary Battles on Malta (1565) and at Famagusta (1571)

Each new caliph of the Islamic empire was expected to expand the existing Muslim territories, in order to fulfill the mission given Islam, and to gain for the leader the necessary popularity and legitimacy. So it was that in the pleasant springtime of 1571, an entire Muslim fleet under Ali Pasha was ordered by the Sultan to seek out and destroy Christian dominance of the Mediterranean Sea, all the way up to Venice. During the summer, Ali Pasha raided fort after fort along the Adriatic Shore, picked up thousands of hostages as slaves, and sent at least a small squadron to blockade for two or three days the approaches to St. Mark’s Square in Venice, not least to plant a seed of terror about worse things to come.

Meanwhile, another large Muslim force soon conquered Cyprus, most practicing ritual cruelties on the defeated population of Nicosia, setting fire to churches, beheading the older women, and marching all younger Christians of both sexes into slavery. The Muslim armies then headed north for the fortress of Famagusta, the last Venetian stronghold on the island, the “extended arm” of the trading posts and protective forts of the Venetian navy in the entire eastern Mediterranean. An army of 100,000 opened the siege, against a force of 15,000 behind the walls.

Under the energetic generalship of the elderly General Marcantonio Bragadino, the small band of defenders held out for week after week, despite receiving more than 180,000 incoming cannonballs. The defenders ran so short of food that in the end they were eating cats, until they consumed their last one. The Muslim general was outraged by the length of the siege, which had already cost him 80,000 of his best men, despite the fact that Famagusta’s fate was sealed from the first days. Yet there were still long days and sometimes nights of hard hand-to-hand fighting just outside the walls. Muslim losses kept getting fully replenished by sea, and the Muslim forces grew stronger even as the Christians got down to their last six barrels of gunpowder, and had only four hundred men still able to fight.

On August 1, General Bragadino finally accepted surrender terms, which guaranteed safe passage of all his men to sail home to Venice, and safety to all citizens of the walled city. He walked with the full scarlet regalia of his office out from the walls and down to the tent of the Alfa Mustafa, the victorious commander. There the two leaders conversed. Then something went wrong, and Mustafa grew visibly angry and called for his men to behead the full complement of 350 survivors who had laid down their arms to march out with Bragadino. All 350 bleeding heads were piled up just outside Mustafa’s tent.

Mustafa then ordered Bragadino’s ears and nose chopped off, and forced the man to go down on all fours wearing a dog’s collar around his neck, to the jibes, mockery, and horror of the onlookers. Bags of earth were strapped over Bragadino’s back and he was made to carry them to the walls of the fortification, and to kiss the earth each time he passed Mustafa. As the old man grew fainter from the loss of blood from his head, he was tied to a chair, put in a rope harness and hoisted up to the highest mast in the fleet, so that all survivors of the city might see his humiliation. Then Bragadino’s chair was dropped in free-fall into the water and brought out again. The tortured Venetian was led in ropes to the town square and stripped. At a stone column (which still stands today), Bragadino’s hands were tied outstretched over his head, and an executioner stepped forward with sharp knives to carefully remove his skin, keeping it whole. Before the carver had reached Bragadino’s waist, the man was dead. His full skin was then stuffed with straw, once again raised up to the highest mast, and sailed around to various ports as a trophy of victory, and finally taken back to Istanbul for permanent exhibition.

Meanwhile, Don Juan had put the Christian fleet of some 200 vessels on course toward Lepanto, where Ali Pasha was refitting his vessels in the safe protection of an impregnable harbor. On board the Christian ships, the Spaniards were under secret orders to avoid fighting, only to keep their honor by going along, while urging reasons to turn back. By contrast, when a fast corsair dispatched from Famagusta arrived to deliver the tale of the last dishonors visited on General Bragadino and his 350 surviving soldiers, the blood of the Venetians boiled. They now allowed no question of turning back. They were determined to avenge the horrors suffered by their comrades in arms.

The young Don Juan was buoyed by this new resolve. Now he would be able to keep the vow he had made to Pope Pius V, to seek out and destroy the threatening enemy. The young admiral – he was twenty-two when he became commander of this fleet – felt confident in his battle plan. He had taken care to have his whole fleet rehearse their roles in the quiet seas of the Adriatic, just before turning toward Lepanto.

Don Juan and many of his men spent much of the night before battle in prayer. The fate of their civilization, they knew, depended on their good fortune on the morrow. The uncertainties of the changing winds and choppy seas, and the speed of the two onrushing lines of ships rapidly closing on each other, would erupt in unpredictable havoc. The odds against the Christians in ships were something like 350 ships to 250. But the Christians had a secret weapon.

The Greatest Sea Battle in History: Lepanto, October 1571

For more than three years Pope Pius V had labored mightily to sound alarms about the deadly Muslim buildup in the shipyards of Istanbul. The sultan had been stung by the surprising defeat of his overwhelming invasion force in Malta in 1565. The savagery of Muslim attacks on the coastline villages of Italy, Sicily, Dalmatia, and Greece was ratcheted upwards. Three or four Muslim galleys would offload hundreds of marines, sweep through a village, tie all its healthy men together for shipment out to become galley slaves, march away many of its women and young boys and girls for shipment to Eastern harems, and then gather all the elderly into the village church, where the helpless victims would be beheaded, and sometimes cut up into little pieces, to strike terror into other villages. The Muslims believed that future victims would lose heart and swiftly surrender when Muslim raiders arrived. Over three centuries, the number of European captives kidnapped from villages and beaches by these sea pirates climbed into the hundreds of thousands. 

The reason for this kidnapping was that the naval appetite for fresh backs and muscles was insatiable. Most galley slaves lived little more than five years. They were chained to hard benches in the burning Mediterranean sun, slippery in their own excrement, urination, and intermittent vomiting, often never lying down to sleep. The dark vision that troubled the pope during the late 1560s was of even more horrible calamities to befall the whole Christian world, bit by bit. But unity in Europe was hard to find, and even more scarce was the will to fight for survival.

Finally, Don Juan of Austria, the younger brother of the King of Spain, an illegitimate son, stood erect and summoned allies to repel the much-anticipated Muslim advance. He aimed at leading a large fleet to go after the new Muslim fleet preemptively, before they could depart from their home seas. Having seen Muslim ferocity first hand, the Venetian public was eager to contribute a fleet to the task. Their support was crucial, for Venice was in those days the shipbuilding and gunnery capital of the world, producers (for a profit) of the most innovative, most versatile, stoutest, and most seaworthy armed vessels in the world. The best sea captains of Venice were the most eager to avenge their friends and fellow citizens. 

For years, Venice had preferred peace with the Muslim East, in order to carry on their lucrative international trade. Now there was a cause that took precedence over the traditions of commerce. Genoa, too, contributed a fleet under their famous but now elderly Admiral Andrea Doria, these days a less bold warrior despite the glory of his earlier exploits.

The Knights of Malta, the premier sea warriors of the time, offered their small but highly skilled fleet in support of the Pope’s appeal, and agreed to work cooperatively with Don Juan.

The latter, whom his contemporaries described as a modest and humble man, characteristically set aside his own ego for the sake of the cause that engaged him. He pledged to the armada a large contingent supplied by Spain and Portugal. By the end of September 1571, eager to get their job done before winter turned the seas choppy and unfit for battle, the four distinct parts of the Christian fleet sailed past Italy, hugging the coasts, sending teams of observers to land to pick up the latest intelligence on the Muslim force. Finally, they learned that an enormous Muslim fleet, nearly 100 ships larger than their own, was sailing near to land toward the Gulf of Lepanto. No more talking, Don Juan told his leading admirals; now, battle.

Keeping the Knights of Malta in reserve just a short distance behind the main battle line, Don Juan assigned the impassioned Venetians the important left flank, with its leftmost ships close to the shore line. He himself commanded a hundred vessels at the center. In plain sight was his capitol ship, the Real, its banners of leadership visible to all. To the right flank he assigned the venerable Andrea Doria and the Genoese fleet. The plan was to hold his ships in as long and straight a line as seamanship in a besetting wind would allow, while heading directly for the Muslim line.

At his front, however, Don Juan placed a nasty surprise for Ali Pasha. Six new, taller, sturdier ships packed with cannons (especially in the bow) and heavily laden with lead and shot placed themselves a mile forward of the Christian line. They looked flat on top, like merchant ships. No one had ever seen such ships before. They lacked a bow rising up skywards, the one necessary weapon for vicious ramming. For the purpose of these new galleasses, as they were called, was not to ram oncoming ships but to blast them with an array of cannons. Their shot could carry a mile with great accuracy. When the galleasses turned sideways, they could blast with even more cannons, designed for shorter ranges, often aiming their cannon just at the waterline of their foes. They had the power to sink a smaller, lighter, faster Muslim galley with a single burst.

At first, the two fleets spotted each other on the horizon as single masts, then small numbers, and only as the two fleets closed to about two miles of each other could any one of the two hundred thousand sailors, marines, and janissaries on board catch a glimpse of the lines and dispositions of the fleets. The Muslims preferred to attack in a crescent rather than a straight line, but the winds at their back and tricky tides from the shoreline to their north forced them to straighten up their lines. Those who gazed on the massive array of ships and sails were filled with awe. On deck, one of those to be wounded in this battle, the great author Miguel de Cervantes wrote of “the most noble and memorable event that past centuries have seen.” Just over six hundred ships in two amazingly orderly lines, each stretching three miles from end to end, silently bore down on one another as the distance between them closed. The Muslim fleet outnumbered the Christian fleet by nearly a hundred ships. A sense of destiny weighed upon all who watched and waited.

The huge green battle flag of Allah – his name embroidered on it in Arabic some 29,800 times – marked out the tall capital ship Sultana, on which the fearsome young admiral Ali Pasha held command. Pasha was puzzled by the six more or less flat barges out in front of the Christian lines. His own armed soldiers were reliant mostly on clouds of arrows. His sailors had mastered the arts of ramming, and disgorging massive boarding parties onto the enemy’s slippery decks, then beating down their defenders by a sort of fierce land warfare out on the open seas. In those days, sea warfare was like land warfare, only carried out on open decks side-by-side instead of in open fields. Ship was lashed to ship, sometimes a dozen together. Hand-to-hand combat was the key.

There is no point here in giving the whole narrative of the battle. Suffice it to say that in the center the volleys from the galleasses out in front destroyed one Muslim vessel after another. Masts snapped, the oars of the galleys were shattered, and huge holes opened up the thin wooden sides of the galleys to the boiling sea. The Muslim ships that were not sunk were easily boarded by the Christian ships coming alongside, built a little higher, and amply supplied not only with boarding nets but, even more important, with ranks of the old-style predecessors to rifles – the arquebuses – directing point-blank rifle balls into the unarmored flesh of Muslim archers. It is true that in a few cases whole clouds of Muslim arrows felled many in the Christian ships, including the great Venetian admiral Marcantonio Bragadino shot in the eye. Mostly, the Christian warriors wore the latest in body armor, which often repelled wooden arrows harmlessly. Nonetheless, at least one Christian ship was later found aimlessly afloat, with every single man dead or wounded.

At the last, the two capital ships Real and Sultana clashed head-on, and Don Juan led the final boarding party which in its ferocity drove Ali Pasha to the aft poop, where he soon fell with a bullet in his eye. The Muslim admiral’s head was cut off and borne aloft on a pike to be mounted on the bow of the Real. The seas around were filled with cloaks, caps, struggling bodies, the vast wooden wreckage of battle, and large splotches of red blood.

On the Christian left, the Venetians attacked with almost blind rage and broke the line of the Muslim right with relative ease. They were aided by a revolt of the galley slaves on board a number of Muslim vessels, who in the explosions on board had their chains broken, and poured up on deck swinging their chains to left and right. So great was the Venetian fury that even after the battle, many of its sailors spent hours using their pikes to kill Muslim sailors and soldiers struggling in the sea. They tried to excuse their bloodlust by saying that they never wished to see those individuals sailing against the West again.

In four hours the battle was over. More than forty thousand men had died, and thousands more were wounded, more than in any other battle in history, more even than at Salamis or, in years to come, at the Somme. Never again did the Muslim fleets pose a grave danger to Europe from the South, although of course Muslim fleets kept busy expanding their bases on the African coast, harassing Western ships and territories across the Mediterranean. Technology, especially that pioneered by Venice and by ocean-going Portugal and Spain, had made the decisive difference. As Victor Davis Hanson writes, it was to capitalism that the victory was owed, for it was open markets that spurred competition to keep improving gunnery and ships, and it was the great merchant and commercial cities that built these new technologies. After Lepanto, the arts of gunnery replaced the arts of the bow and arrow, however deadly for many centuries those weapons had proved to be. Ships were made stouter, taller, more able to carry heavy armaments–and new methods had to be sought to replace locomotion by galley slaves.

As news of the great victory of October 7 reached shore, church bells rang all over the cities and countryside of Europe. For months, Pius V had urged Catholics to say the daily rosary on behalf of the morale and good fortune of the Christian forces, and above all, a successful outcome to the highly risky preemptive strike against the Turkish fleets. Thereafter, he declared that October 7 would be celebrated as the feast of “Mary, Queen of Victory.” A later pope added the title “Queen of the Holy Rosary” in honor of the laity’s favorite form of prayer. All over the Italian peninsula, great paintings were commissioned – whole galleries were dedicated – to honoring the classic scenes of that epic battle. The air of Europe that October tasted of liberties preserved. The record of the celebrations lives on in glorious paintings by Titian, Tintoretto, and many others.

The Northern Pincers and the Siege of Vienna, September 1683

Of necessity, our consideration of the Battle of Vienna must be briefer than our attention to Lepanto. But many of the same forces were at play as before, only this time by land, not by sea. The Protestant nations regarded the expanding Ottoman Empire as a Catholic problem. Few Catholic nations took the Muslim threat as seriously as it deserved. The French, in particular, had become used to buying off the Turks with trade and commerce, rather than resisting them in war. The French even preferred the defeat of their most dreaded rivals, the German-speaking Austrians. The nation Germany did not yet exist, only a number of smaller political units – Brandenberg, Saxony, Bavaria, and others, some Protestant and some Catholic. And so the Muslim overland advance through the underbelly of Europe seemed not only relentless but mostly unopposed.

The sultan of all Islam, Mehmet IV, spent his days in his unrivalled harems and on his huge hunting territories, some of them as large as nation-states. Thousands of mostly Slavic serfs were required to service his hunting party, in part by driving deer and other game animals his way. To uphold his obligations to Islamic expansion, however, Mehmet stirred himself to choose Kara Mustafa to be general of all his forces in the final conquest of Hungary, Slovakia, and the south of Poland – the greatest of all ventures on which the sultan’s historical reputation would rest. The sultan directly warned Mustafa not to try to take Vienna, for doing so would arouse the West to retribution. He gave Mustafa the long green cord of the Prophet to wear around his neck, both to signal the importance of his commission, and to warn him that failure meant that he must be hanged–must even hang himself.

For the drive northward, Kara Mustafa sent messengers throughout Anatolia, through Greater Syria, and out to the scores of Muslim nations from Morocco to India. He marched northwards with an ever-increasing army of more than three hundred thousand, many on horseback as cavalry to spread terror in advance of his main forces, other scores of thousands in his supply trains. This huge army took some five months to occupy Budapest, rest, and then push on northwards. They swatted resistance away like flies, and sometimes bypassed walled cities that refused instant surrender, to deal with them later with special severity.

By July 7, they were in sight of Vienna, which in those days was a walled and heavily fortified city, well designed by its military engineers to lay down fields of fire by which each strong point could assist its neighbors. Compared to today, Vienna within its walls was a small city, and yet large enough in those terrorized days to admit refugees from nearby villages who hurriedly sought safety. For the next weeks the sultan’s armies kept tightening the ring they had established on all sides of Vienna. Both Mustafa with his green cord around his neck and the leader of the Viennese defense, General Lubomirski, now knew that they were fighting to the death.

Meanwhile, the Turks launched massive engineering works, including many honeycombed tunnels beginning from long distances away, out of sight, and burrowing underneath strong points and vulnerable walls that ground troops might breach. These veteran and highly skilled sappers – the best in the world – dug all the way underground both to the wide moats at the base of the walls and still further underground to the very center of Vienna. Beginning in mid-August, without any warning, huge explosions tore gaping holes in one strongpoint after another, and sometimes beneath homes in the very center of the city. The twenty thousand or so warriors within the city fought with great determination and intelligence to drive back the screaming, bloodthirsty men who were storming through the breaches, while all around them Viennese civilians rushed to make repairs to the breaches in the walls. The Christians also sallied forth themselves, often at night, to drive far into the Turkish lines to blow up engineering devices and stockpiles of gunpowder.

Relentlessly, the Turks kept heaving up huge mounds – small mountains – of earth and sand just outside the walls, from which fire might constantly be poured down into the doomed city, from above its walls. With every Muslim attack, fewer and fewer Christian soldiers were left to repel them. In late August, supplies of meat ran out, and the population was reduced to eating horses and stray dogs. A very strict rationing of water became necessary. The elderly began to die off from starvation.

Meanwhile, the Christian relief forces were belatedly and all too slowly advancing from the north in four separate columns, from Catholic Germany and from Poland, to lift the siege. For nearly forty miles around the beleaguered city, Muslims had ravaged the land, and sent refugees fleeing by foot in all directions. Thus, making use of captured Muslim cavalrymen and foot soldiers, as well as the fleeing Christians, the Germans and the Poles picked up enough intelligence to learn that their best chances lay to the southwest, through the Vienna Wood. It would be hugely difficult terrain for cavalry, and also for quick forced marches by the infantry. But one other factor spoke for that line of attack: the supply trains and Mustafa’s luxurious tents, with their splendid harems and rich treasury, were also located on that side of Vienna. The approaching Christian generals met together to go over the plan of attack, and then rapidly set off to their southwest, far enough from the city to advance mostly undetected.

At intervals, back in Vienna, Mustafa had messages in German tied to dozens of rocks, which he had his catapults shoot over the city walls. One such message read:

Surrender now and you will be saved. Open your gates, turn your churches over to us and lay down your arms, and no one will be killed. If you resist the will of Allah, your leaders, and all of them, will be slain. Able men and women will be sold into slavery. You will be allowed no rights of worship, and your mighty walls will be thrown down. Fight and you die! Surrender and you live!

For more than four hundred years, hundreds of Christian villages and cities had received such messages. The duplicity and primitive brutality of Muslim conquerors were well known to hundreds of thousands of Christian families, through the fate of relatives in other overrun communities. Nevertheless, sometimes terror overwhelmed them and they surrendered. At Vienna, behind fearless and determined leaders, they chose to die fighting rather than to surrender. So the issue inside Vienna became whether food and gunpowder would give out before the long-promised army of relief would arrive. Dauntless messengers slipping in and out of Vienna kept hope at least flickering. The commander in Vienna promised he could hold out until September 1. The advancing army of relief replied that they would need almost two weeks more than that. Only gritted-teeth determination could bridge that gap in time.

One thing the Muslim armies were not trained to do, as were the Christian armies of that time, was to fight on two fronts – against the city ahead and against any oncoming forces that might arrive to break the siege. For this, Kara Mustafa relied on his mobile cavalry, some twenty thousand Tatars from the Asian steppes in camp about twenty miles south of Vienna. Because of the density of the Vienna Wood to the southwest of the city, this was the one region which the cavalry could cover only lightly. Still, if even small bands of mounted Tatars had infiltrated the hills and valleys of the Wood, no Christian soldiers could have made it through the narrow passes. Unaccountably, Mustafa forbade the Tatar leader to launch an attack on the Wood.

King Sobieski of Poland had drawn the privilege of advancing on the right flank, right through the heart of the Vienna Wood. His army’s double-time march through the Wood was arduous, by narrow valleys and slow but deep summer streams. Late on September 11, just as his men were making their initial contact with the Turkish outposts, and the final battle began to be joined, the King formed a resolution to attack on the morrow as swiftly and with as much surprise as possible, to overwhelm Mustafa’s bodyguard of cavalry and rush on with force as close to the supply trains as he could, and to conclude the matter on the next day. In the rough terrain where his troops broke out from the Wood on September 12, Sobieski held his famed hussars back. They were his best, his ultimate, weapon.

For hours all day long, left, center, and right flanks of the Christian army advanced far more steadily than expected, although the hand-to-hand fighting was furious, and the Turkish lines were yielding only a yard at a time. The last four hundred yards took an immense effort, but the Christian forces reached open ground with less than an hour of daylight left. This is when Sobieski made a huge gamble and boldly released his much-feared hussars. These famous horsemen wore special caps with strips of leather flying behind them in the wind, lined with feathers like the headdresses of American Indians, and the wind whistled through the leather with an eerie tone. As they charged across the open land the low, melancholy wail of the wind through their feathers frightened the Arabian horses – and their Turkish riders, too.

The sheer speed and force of the Polish hussars was too great and too surprising to be resisted. Mustafa escaped, but his tents and treasury were captured (one of his green velvet tents sits now in the Czartoryskis Museum in Krakow). The Muslim lines nearby broke, and their men began looting Mustafa’s rich supply wagons and pleasure tents on their panicky flight southward. The entire Muslim ring surrounding the city melted away, back whence it had come.

Mustafa, slowed by a bad wound to his eye, was rushed southward by his remaining bodyguards. From the first moments of crushing defeat he began plotting his reports to the sultan, shifting the blame onto one of his subordinates. Yet as the Christians pursued the once-great Muslim army down through Hungary, retaking one city after another from Muslim control, and in effect laying the groundwork for the future Austro-Hungarian Empire, the sultan’s anger against Mustafa finally exploded. Mustafa recognized what must happen. He was hanged on December 25, 1683, by the green cord that he had worn round his neck, a little more than three months after he had imagined he had Vienna in his grasp.

***

Thus, once again, this time by land, the Muslims had attempted to fulfill the Prophet’s command to spread Islam to all corners of the world decisively, with force. The sultans had long had the advantage of an enormous standing army ready for all seasons, and swiftly added to when larger ambitions demanded. This time, however, the siege-lifting battle outside the walls of Vienna marked the high-water mark of Muslim power. After September 11-12, 1683, that power kept receding, on into modern times.

Still, it should surprise no one that the date chosen to bring the new resurgence of modern Muslim ambition to the whole world’s attention was also September 11, 318 years after 1683. The announcement came in the vivid orange bursts of blossoming flame and dark black smoke from two of the tallest towers of the West’s financial capital. Muslim memory runs very deep, and so does the Muslim imperative to conquer the world for Allah, not just by force of arms but by conversion to Islam. The West has always refused to give this long and deeply rooted Muslim threat against the West’s own soul the sustained attention it requires.

Nonetheless, four centuries after Lepanto, three centuries after Vienna, today in most of the capitals of once-Christian Europe, there are more Muslims attending services in mosques on Fridays, than Christians at worship on Sundays. In some ways, the pluralism of the West is a blessing, even an advantage to the West – and yet its profoundest historical weakness lies in its own divided spirit. The ultimate issue between Islam and the West is not military force. It is the depth of intellect and engagement. In matters of the spirit, we seem always to become tongue-tied, as if lacking in spirited confidence. We do not insist on presenting better arguments in recognition of the inalienable rights to human liberty that our totalitarian opponents deny. Mere secular force will not do, when the fundamental battle is spiritual. Thus, the same movie seems to be played over and over.

That is the historical record, it seems, at least in regard to October 7, 1571, and September 11-12, 1683, after Lepanto, and after Vienna.

Media Contact:
Veronique Rodman
American Enterprise Institute
1150 Seventeenth Street, N.W.
Washington, DC  20036
Phone: +001 202-862-4870
E-mail: VRodman@aei.org


Vatican intervenes in polemic between Famiglia Cristiana and Berlusconi

August 16, 2008

The Vatican said it did not agree with an editorial in the influential Catholic magazine, Famiglia Cristiana, after the Italian government angrily denied its claim that fascism might be resurfacing within the government, ANSA reports.

“Published by the Paulist Fathers, Famiglia Cristiana has recently been critical of the conservative government of Premier Silvio Berlusconi, especially in regard to its decision to use the military in a policing role and to fingerprint gypsy children.

The weekly said the fingerprinting of children brought to mind a famous photo of a Jewish child in the Warsaw ghetto showing the Nazi identification number tattooed on his arm. Leading members of the government coalition responded by accusing the weekly of being ‘Catholic-Communist’ and being out of touch with Italian citizens who want greater security.”

Read full story.


Useless United Nations: Mugabe’s European Holiday

June 3, 2008

In today’s Washington Post, columnist Anne Applebaum criticizes President Mugabe’s presence at the U.N. food conference.

“With an unerring sense of timing, President Robert Mugabe of Zimbabwe arrived in Rome yesterday, thereby demonstrating the profound limitations of international diplomacy. Indeed, it’s hard to think of any other single gesture that would so effectively reveal the ineffectiveness of international institutions in the conduct of human rights and food aid policy. Even someone standing atop the dome of St. Peter’s, megaphone in hand, shouting, ‘The U.N. is useless! The E.U. is useless!’ couldn’t have clarified the matter more plainly.

For Mugabe is in Rome at the invitation of the U.N. Food and Agricultural Organization, which is holding a conference on the international food crisis. He is also in Rome despite the fact that he has been formally forbidden from traveling to Europe by the European Union, which considers him persona non grata: For the past several years, he has beaten and murdered his political opponents in Zimbabwe so blatantly that even the Europeans noticed.”

Read full story.


Italien – die zerrüttete Republik

April 29, 2008

Den Völkern schadet vielmehr die Habsucht der eigenen Bürger als die Raubgier der Feinde. Dieser läßt sich bisweilen ein Ziel setzen, jener aber nicht. (Niccolò Machiavelli)

In der Frankfurter Rundschau prophezeit der Soziologe und Italien-Experte Peter Wagner eine ziemlich düstere Zukunft für Italien nach der Rückkehr von Silvio Berlusconi an die Macht. Und resümiert, dass jedes Volk die Herrscher hat, die es verdient.

Francesco Guicciardini wünschte sich, noch erleben zu dürfen, dass sein Land sich zu einem wohl geordneten republikanischen Gemeinwesen entwickelt. Der Florentiner Zeitgenosse Niccolò Machiavellis ahnte aber, dass seine Lebenszeit dafür zu begrenzt sein würde. Er war auch generell allen Illusionen abgeneigt und hielt die Zukunft für wenig vorhersehbar. Insbesondere sah er die Demokratie als eine zu zerbrechliche Regierungsform an, die leicht ein Land in den Ruin treiben könnte. […] Guicciardini meinte, dass Bürger immer vom Streben nach ihrem ‘Besonderen’ angetrieben würden. Ihre persönlichen Interessen an Besitz oder Ruhm würden sie vor den Erhalt des Gemeinsamen stellen. Aus diesem Grunde sei Fortschritt in der Entwicklung von Republik und Demokratie niemals gewiss. Die italienischen Wahlen haben dies nachdrücklich bestätigt.”

Zum Artikel.


Italy: The ungovernable nation

April 14, 2008

Italians today finish a second and final day of general election voting. ISN Security Watch assesses the record of the two main candidates for prime minister, Silvio Berlusconi and Walter Veltroni, and the likelihood their coalitions will join.

“Silvio Berlusconi is known to be reluctant to carry on in a situation similar to that of Romano Prodi two years ago, when the ex-president of the European commission had a majority of only two in the senate and had to rely on the support of the life-senators. Yet Berlusconi is essentially a man of power and he will want to leave his mark in any post-election deal. Walter Veltroni will surely see the opportunity of a grand coalition as a test of his statesmanship and the chance to drive through reforms. Veltroni’s objective now must be to isolate Berlusconi and break from his stifling influence; such a strategy presents Italy’s only road to recovery and stability.”

Read full story.


Discours sur l’Universalité de la langue française

April 12, 2008

“Je suis un écrivain européen d’origine française.” Philippe Sollers

En 1991, dans un entretien avec le critique littéraire Bruno de Cessole, initié par la Bibliothèque publique d’information du Centre George Pompidou, l’écrivain Philippe Sollers, auteur éponyme de La Guerre du Goût, déclarait: “J’ai comme l’impression que nous sommes sous la menace d’un nouveau déluge et que je ne sais quelle voix, divine si vous voulez, me dit «Petit Noé, tout va disparaître, rassemble-moi des fragments de l’héritage culturel afin qu’on puisse recommencer quelque chose, quand nous serons de nouveau à pied sec.» C’est un fantasme, sans doute, mais un fantasme qui me plaît. Cela dit, j’ai le sentiment que cela recouvre une réalité forte. (…) Je ne peux pas ne pas me dire: «Cette époque est perdue, on va donc rassembler ce qui demeure de l’héritage dans un bateau, c’est-à-dire dans un livre; je vais essayer de sauvegarder tout ce qui me paraît le plus fort, le plus naturel, le plus frais, le plus porteur de liberté aussi…» (…)

A cet égard, et en guise de Défense et illustration de la langue française, nous reproduisons ci-dessous la dissertation désormais légendaire d’Antoine de Rivarol, dont le mérite n’est pas seulement de mettre en relief le rôle non négligeable d’une langue pour la survie d’un peuple et de sa culture, mais également et surtout de placer la défense d’une langue dans le contexte d’une guerre planétaire des idées. En somme, un texte aujourd’hui plus que jamais d’actualité, notamment dans le cadre de la globalisation.

Antoine de Rivarol
Discours sur l’Universalité de la langue française

Sujet proposé par l’Académie de Berlin en 1783:

– Qu’est-ce qui a rendu la langue française universelle?
– Pourquoi mérite-t-elle cette prérogative?
– Est-il à présumer qu’elle la conserve?

Une telle question, proposée sur la langue latine, aurait flatté l’orgueil des Romains, et leur histoire l’eût consacrée comme une de ses belles époques: jamais, en effet, pareil hommage ne fut rendu à un peuple plus poli par une nation plus éclairée.

Le temps semble être venu de dire le monde français, comme autrefois le monde romain, et la philosophie, lasse de voir les hommes toujours divisés par les intérêts divers de la politique, se réjouit maintenant de les voir, d’un bout de la terre à l’autre, se former en république sous la domination d’une même langue. Spectacle digne d’elle que cet uniforme et paisible empire des lettres qui s’étend sur la variété des peuples et qui, plus durable et plus fort que l’empire des armes, s’accroît également des fruits de la paix et des ravages de la guerre!

Mais cette honorable universalité de la langue française, si bien reconnue et si hautement avouée dans notre Europe, offre pourtant un grand problème. Elle tient à des causes si délicates et si puissantes à la fois que, pour les démêler, il s’agit de montrer jusqu’à quel point la position de la France, sa constitution politique, l’influence de son climat, le génie de ses écrivains, le caractère de ses habitants, et l’opinion qu’elle a su donner d’elle au reste du monde, jusqu’à quel point, dis-je, tant de causes diverses ont pu se combiner et s’unir pour faire à cette langue une fortune si prodigieuse.

Quand les Romains conquirent les Gaules, leur séjour et leurs lois y donnèrent d’abord la prééminence à la langue latine; et, quand les Francs leur succédèrent, la religion chrétienne, qui jetait ses fondements dans ceux de la monarchie, confirma cette prééminence. On parla latin à la cour, dans les cloîtres, dans les tribunaux et dans les écoles ; mais les jargons que parlait le peuple corrompirent peu à peu cette latinité et en furent corrompus à leur tour. De ce mélange naquit cette multitude de patois qui vivent encore dans nos provinces. L’un d’eux devait un jour être la langue française.

Il serait difficile d’assigner le moment où ces différents dialectes se dégagèrent du celte, du latin et de l’allemand; on voit seulement qu’ils ont dû se disputer la souveraineté, dans un royaume que le système féodal avait divisé en tant de petits royaumes. Pour hâter notre marche, il suffira de dire que la France, naturellement partagée par la Loire, eut deux patois, auxquels on peut rapporter tous les autres, le picard et le provençal. Des princes s’exercèrent dans l’un et l’autre, et c’est aussi dans l’un et l’autre que furent d’abord écrits les romans de chevalerie et les petits poèmes du temps. Du côté du midi florissaient les troubadours, et du côté du nord les trouveurs. Ces deux mots, qui au fond n’en sont qu’un, expriment assez bien la physionomie des deux langues.

Si le provençal, qui n’a que des sons pleins, eût prévalu, il aurait donné au français l’éclat de l’espagnol et de l’italien ; mais le midi de la France, toujours sans capitale et sans roi, ne put soutenir la concurrence du nord, et l’influence du patois picard s’accrut avec celle de la couronne. C’est donc le génie clair et méthodique de ce jargon et sa prononciation un peu sourde qui dominent aujourd’hui dans la langue française.

Mais, quoique cette nouvelle langue eût été adoptée par la cour et par la nation, et que, dès l’an 1260, un auteur italien lui eût trouvé assez de charmes pour la préférer à la sienne, cependant l’Église, l’Université et les parlements la repoussèrent encore, et ce ne fut que dans le XVIe siècle qu’on lui accorda solennellement les honneurs dus à une langue légitimée.

À cette époque, la renaissance des lettres, la découverte de l’Amérique et du passage aux Indes, l’invention de la poudre et de l’imprimerie, ont donné une autre face aux empires. Ceux qui brillaient se sont tout à coup obscurcis, et d’autres, sortant de leur obscurité, sont venus figurer à leur tour sur la scène du monde. Si du Nord au Midi un nouveau schisme a déchiré l’Église, un commerce immense a jeté de nouveaux liens parmi les hommes. C’est avec les sujets de l’Afrique que nous cultivons l’Amérique, et c’est avec les richesses de l’Amérique que nous trafiquons en Asie. L’univers n’offrit jamais un tel spectacle. L’Europe surtout est parvenue à un si haut degré de puissance que l’histoire n’a rien à lui comparer: le nombre des capitales, la fréquence et la célérité des expéditions, les communications publiques et particulières, en ont fait une immense république, et l’ont forcée à se décider sur le choix d’une langue.

Ce choix ne pouvait tomber sur l’allemand: car, vers la fin du XVe siècle, et dans tout le cours du XVIe, cette langue n’offrait pas un seul monument. Négligée par le peuple qui la parlait, elle cédait toujours le pas à la langue latine. Comment donc faire adopter aux autres ce qu’on n’ose adopter soi-même ? C’est des Allemands que l’Europe apprit à négliger la langue allemande. Observons aussi que l’Empire n’a pas joué le rôle auquel son étendue et sa population l’appelaient naturellement: ce vaste corps n’eut jamais un chef qui lui fût proportionné, et dans tous les temps cette ombre du trône des Césars, qu’on affectait de montrer aux nations, ne fut en effet qu’une ombre. Or on ne saurait croire combien une langue emprunte d’éclat du prince et du peuple qui la parlent. Et, lorsqu’enfin la maison d’Autriche, fière de toutes ses couronnes, a pu faire craindre à l’Europe une monarchie universelle, la politique s’est encore opposée à la fortune de la langue tudesque. Charles-Quint, plus attaché à son sceptre héréditaire qu’à un trône où son fils ne pouvait monter, fit rejaillir l’éclat des Césars sur la nation espagnole.

A tant d’obstacles tirés de la situation de l’Empire on peut en ajouter d’autres, fondés sur la nature même de la langue allemande: elle est trop riche et trop dure à la fois. N’ayant aucun rapport avec les langues anciennes, elle fut pour l’Europe une langue mère, et son abondance effraya des têtes déjà fatiguées de l’étude du latin et du grec. En effet, un Allemand qui apprend la langue française ne fait pour ainsi dire qu’y descendre, conduit par la langue latine; mais rien ne peut nous faire remonter du français à l’allemand: il aurait fallu se créer pour lui une nouvelle mémoire, et sa littérature, il y a un siècle, ne valait pas un tel effort. D’ailleurs, sa prononciation gutturale choqua trop l’oreille des peuples du Midi, et les imprimeurs allemands, fidèles à l’écriture gothique, rebutèrent des yeux accoutumés aux caractères romains.

On peut donc établir pour règle générale que, si l’homme du Nord est appelé à l’étude des langues méridionales, il faut de longues guerres dans l’Empire pour faire surmonter aux peuples du Midi leur répugnance pour les langues septentrionales. Le genre humain est comme un fleuve qui coule du nord au midi: rien ne peut le faire rebrousser contre sa source; et voilà pourquoi l’universalité de la langue française est moins vraie pour l’Espagne et pour l’Italie que pour le reste de l’Europe. Ajoutez que l’Allemagne a presque autant de dialectes que de capitales: ce qui fait que ses écrivains s’accusent réciproquement de batavinité. On dit, il est vrai, que les plus distingués d’entre eux ont fini par s’accorder sur un choix de mots et de tournures qui met déjà leur langage à l’abri de cette accusation, mais qui le met aussi hors de la portée du peuple dans toute la Germanie.

Il reste à savoir jusqu’à quel point la révolution qui s’opère aujourd’hui dans la littérature des Germains influera sur la réputation de leur langue. On peut seulement présumer que cette révolution s’est faite un peu tard, et que leurs écrivains ont repris les choses de trop haut. Des poèmes tirés de la Bible, où tout respire un air patriarcal, et qui annoncent des mœurs admirables, n’auront de charmes que pour une nation simple et sédentaire, presque sans ports et sans commerce, et qui ne sera peut-être jamais réunie sous un même chef. L’Allemagne offrira longtemps le spectacle d’un peuple antique et modeste, gouverné par une foule de princes amoureux des modes et du langage d’une nation attrayante et polie. D’où il suit que l’accueil extraordinaire que ces princes et leurs académies ont fait à un idiome étranger est un obstacle de plus qu’ils opposent à leur langue, et comme une exclusion qu’ils lui donnent.

La monarchie espagnole pouvait, ce semble, fixer le choix de l’Europe. Toute brillante de l’or de l’Amérique, puissante dans l’Empire, maîtresse des Pays-Bas et d’une partie de l’Italie, les malheurs de François Ier lui donnaient un nouveau lustre, et ses espérances s’accroissaient encore des troubles de la France et du mariage de Philippe II avec la reine d’Angleterre. Tant de grandeur ne fut qu’un éclair. Charles-Quint ne put laisser à son fils la couronne impériale, et ce fils perdit la moitié des Pays-Bas. Bientôt l’expulsion des Maures et les émigrations en Amérique blessèrent l’État dans son principe, et ces deux grandes plaies ne tardèrent pas à paraître. Aussi, quand ce colosse fut frappé par Richelieu, ne put-il résister à la France, qui s’était comme rajeunie dans les guerres civiles : ses armées plièrent de tous côtés, sa réputation s’éclipsa. Peut-être, malgré ses pertes, sa décadence eût été moins prompte en Europe si sa littérature avait pu alimenter l’avide curiosité des esprits qui se réveillait de toute part ; mais le castillan, substitué partout au patois catalan, comme notre picard l’avait été au provençal, le castillan, dis-je, n’avait point cette galanterie moresque dont l’Europe fut quelque temps charmée, et le génie national était devenu plus sombre. Il est vrai que la folie des chevaliers errants nous valut le Don Quichotte et que l’Espagne acquit un théâtre; il est vrai qu’on parlait espagnol dans les cours de Vienne, de Bavière, de Bruxelles, de Naples et de Milan; que cette langue circulait en France avec l’or de Philippe, du temps de la Ligue, et que le mariage de Louis XIII avec une princesse espagnole maintint si bien sa faveur que les courtisans la parlaient et que les gens de lettres empruntèrent la plupart de leurs pièces au théâtre de Madrid ; mais le génie de Cervantès et celui de Lope de Vega ne suffirent pas longtemps à nos besoins. Le premier, d’abord traduit, ne perdit point à l’être; le second, moins parfait, fut bientôt imité et surpassé. On s’aperçut donc que la munificence de la langue espagnole et l’orgueil national cachaient une pauvreté réelle. L’Espagne, n’ayant que le signe de la richesse, paya ceux qui commerçaient pour elle, sans songer qu’il faut toujours les payer davantage. Grave, peu communicative, subjuguée par des prêtres, elle fut pour l’Europe ce qu’était autrefois la mystérieuse Égypte, dédaignant des voisins qu’elle enrichissait, et s’enveloppant du manteau de cet orgueil politique qui a fait tous ses maux.

On peut dire que sa position fut un autre obstacle au progrès de sa langue. Le voyageur qui la visite y trouve encore les colonnes d’Hercule, et doit toujours revenir sur ses pas: aussi l’Espagne est-elle, de tous les royaumes, celui qui doit le plus difficilement réparer ses pertes lorsqu’il est une fois dépeuplé.

Mais, en supposant que l’Espagne eût conservé sa prépondérance politique, il n’est pas démontré que sa langue fût devenue la langue usuelle de l’Europe. La majesté de sa prononciation invite à l’enflure, et la simplicité de la pensée se perd dans la longueur des mots et sous la plénitude des désinences. On est tenté de croire qu’en espagnol la conversation n’a plus de familiarité, l’amitié plus d’épanchement, le commerce de la vie plus de liberté, et que l’amour y est toujours un culte. Charles-Quint lui-même, qui parlait plusieurs langues, réservait l’espagnol pour des jours de solennité et pour ses prières. En effet, les livres ascétiques y sont admirables, et il semble que le commerce de l’homme à Dieu se fasse mieux en espagnol qu’en tout autre idiome. Les proverbes y ont aussi de la réputation, parce qu’étant le fruit de l’expérience de tous les peuples et le bon sens de tous les siècles réduit en formules, l’espagnol leur prête encore une tournure plus sentencieuse ; mais les proverbes ne quittent pas les lèvres du petit peuple. Il paraît donc probable que ce sont et les défauts et les avantages de la langue espagnole qui l’ont exclue à la fois de l’universalité

Mais comment l’Italie ne donna-t-elle pas sa langue à l’Europe? Centre du monde depuis tant de siècles, on était accoutumé à son empire et à ses lois. Aux Césars qu’elle n’avait plus avaient succédé les pontifes, et la religion lui rendait constamment les États que lui arrachait le sort des armes. Les seules routes praticables en Europe conduisaient à Rome; elle seule attirait les vœux et l’argent de tous les peuples, parce qu’au milieu des ombres épaisses qui couvraient l’Occident, il y eut toujours dans cette capitale une masse de lumières; et, quand les beaux-arts, exilés de Constantinople, se réfugièrent dans nos climats, l’Italie se réveilla la première à leur approche et fut une seconde fois la Grande-Grèce. Comment s’est-il donc fait qu’à tous ces titres elle n’ait pas ajouté l’empire du langage?

C’est que dans tous les temps les papes ne parlèrent et n’écrivirent qu’en latin; c’est que pendant vingt siècles cette langue régna dans les républiques, dans les cours, dans les écrits et dans les monuments de l’Italie, et que le toscan fut toujours appelé la langue vulgaire. Aussi, quand le Dante entreprit d’illustrer ses malheurs et ses vengeances, hésita-t-il longtemps entre le toscan et le latin. Il voyait que sa langue n’avait pas, même dans le midi de l’Europe, l’éclat et la vogue du provençal, et il pensait avec son siècle que l’immortalité était exclusivement attachée à la langue latine. Pétrarque et Boccace eurent les mêmes craintes, et, comme le Dante, ils ne purent résister à la tentation d’écrire la plupart de leurs ouvrages en latin. Il est arrivé pourtant le contraire de ce qu’ils espéraient: c’est dans leur langue maternelle que leur nom vit encore; leurs oeuvres latines sont dans l’oubli. Il est même à présumer que, sans les sublimes conceptions de ces trois grands hommes, le patois des troubadours aurait disputé le pas à la langue italienne au milieu même de la cour pontificale établie en Provence.

Quoi qu’il en soit, les poèmes du Dante et de Pétrarque, brillants de beautés antiques et modernes, ayant fixé l’admiration de l’Europe, la langue toscane acquit de l’empire. A cette époque, le commerce de l’ancien monde passait tout entier par les mains de l’Italie: Pise, Florence, et surtout Venise et Gênes, étaient les seules villes opulentes de l’Europe. C’est d’elles qu’il fallut, au temps des croisades, emprunter des vaisseaux pour passer en Asie, et c’est d’elles que les barons français, anglais et allemands tiraient le peu de luxe qu’ils avaient. La langue toscane régna sur toute la Méditerranée. Enfin le beau siècle des Médicis arriva. Machiavel débrouilla le chaos de la politique, et Galilée sema les germes de cette philosophie qui n’a porté des fruits que pour la France et le nord de l’Europe. La sculpture et la peinture prodiguaient leurs miracles, et l’architecture marchait d’un pas égal. Rome se décora de chefs-d’œuvre sans nombre, et l’Arioste et le Tasse portèrent bientôt la plus douce des langues à sa plus haute perfection dans des poèmes qui seront toujours les premiers monuments de l’Italie et le charme de tous les hommes. Qui pouvait donc arrêter la domination d’une telle langue?

D’abord, une cause tirée de l’ordre même des événements: cette maturité fut trop précoce. L’Espagne, toute politique et guerrière, parut ignorer l’existence du Tasse et de L’Arioste; l’Angleterre, théologique et barbare, n’avait pas un livre, et la France se débattait dans les horreurs de la Ligue. On dirait que l’Europe n’était pas prête, et qu’elle n’avait pas encore senti le besoin d’une langue universelle.

Une foule d’autres causes se présentent. Quand la Grèce était un monde, dit fort bien Montesquieu, ses plus petites villes étaient des nations; mais ceci ne put jamais s’appliquer à l’Italie dans le même sens. La Grèce donna des lois aux barbares qui l’environnaient, et l’Italie, qui ne sut pas, à son exemple, se former en république fédérative, fut tour à tour envahie par les Allemands, par les Espagnols et par les Français. Son heureuse position et sa marine auraient pu la soutenir et l’enrichir; mais, dès qu’on eut doublé le cap de Bonne-Espérance, l’Océan reprit ses droits, et, le commerce des Indes ayant passé tout entier aux Portugais, l’Italie ne se trouva plus que dans un coin de l’univers. Privée de l’éclat des armes et des ressources du commerce, il lui restait sa langue et ses chefs-d’œuvre; mais, par une fatalité singulière, le bon goût se perdit en Italie au moment où il se réveillait en France. Le siècle des Corneille, des Pascal et des Molière fut celui d’un Cavalier Marin, d’un Achillini et d’une foule d’auteurs plus méprisables encore. De sorte que, si l’Italie avait conduit la France, il fallut ensuite que la France ramenât l’Italie.

Cependant l’éclat du nom français augmentait; l’Angleterre se mettait sur les rangs, et l’Italie se dégradait de plus en plus. On sentit généralement qu’un pays qui ne fournissait plus que des baladins à l’Europe ne donnerait jamais assez de considération à sa langue. On observa que, l’Italie n’ayant pu, comme la Grèce, ennoblir ses différents dialectes, elle s’en était trop occupée. A cet égard, la France paraît plus heureuse; les patois y sont abandonnés aux provinces, et c’est sur eux que le petit peuple exerce ses caprices, tandis que la langue nationale est hors de ses atteintes.

Enfin le caractère même de la langue italienne fut ce qui l’écarta le plus de cette universalité qu’obtient chaque jour la langue française. On sait quelle distance sépare en Italie la poésie de la prose ; mais ce qui doit étonner, c’est que le vers y ait réellement plus d’âpreté, ou, pour mieux dire, moins de mignardise que la prose. Les lois de la mesure et de l’harmonie ont forcé le poète à tronquer les mots, et par ces syncopes fréquentes il s’est fait une langue à part, qui, outre la hardiesse des inversions, a une marche plus rapide et plus ferme. Mais la prose, composée de mots dont toutes les lettres se prononcent, et roulant toujours sur des sons pleins, se traîne avec trop de lenteur; son éclat est monotone; l’oreille se lasse de sa douceur, et la langue de sa mollesse: ce qui peut venir de ce que, chaque mot étant harmonieux en particulier, l’harmonie du tout ne vaut rien. La pensée la plus vigoureuse se détrempe dans la prose italienne. Elle est souvent ridicule et presque insupportable dans une bouche virile, parce qu’elle ôte à l’homme cette teinte d’austérité qui doit en être inséparable. Comme la langue allemande, elle a des formes cérémonieuses, ennemies de la conversation, et qui ne donnent pas assez bonne opinion de l’espèce humaine. On y est toujours dans la fâcheuse alternative d’ennuyer ou d’insulter un homme. Enfin il paraît difficile d’être naïf ou vrai dans cette langue, et la plus simple assertion y est toujours renforcée du serment. Tels sont les inconvénients de la prose italienne, d’ailleurs si riche et si flexible. Or, c’est la prose qui donne l’empire à une langue, parce qu’elle est tout usuelle; la poésie n’est qu’un objet de luxe.

Malgré tout cela, on sent bien que la patrie de Raphaël, de Michel-Ange et du Tasse ne sera jamais sans honneur. C’est dans ce climat fortuné que la plus mélodieuse des langues s’est unie à la musique des anges, et cette alliance leur assure un empire éternel. C’est là que les chefs-d’œuvre antiques et modernes et la beauté du ciel attirent le voyageur, et que l’affinité des langues toscane et latine le fait passer avec transport de l’Enéide à la Jérusalem. L’Italie, environnée de puissances qui l’humilient, a toujours droit de les charmer; et sans doute que, si les littératures anglaise et française n’avaient éclipsé la sienne, l’Europe aurait encore accordé plus d’hommages à une contrée deux fois mère des arts.

Dans ce rapide tableau des nations, on voit le caractère des peuples et le génie de leur langue marcher d’un pas égal, et l’un est toujours garant de l’autre. Admirable propriété de la parole, de montrer ainsi l’homme tout entier!

Des philosophes ont demandé si la pensée peut exister sans la parole ou sans quelque autre signe. Non sans doute. L’homme, étant une machine très harmonieuse, n’a pu être jeté dans le monde sans s’y établir une foule de rapports. La seule présence des objets lui a donné des sensations, qui sont nos idées les plus simples, et qui ont bientôt amené les raisonnements. Il a d’abord senti le plaisir et la douleur, et il les a nommés; ensuite il a connu et nommé l’erreur et la vérité. Or, sensation et raisonnement, voilà de quoi tout l’homme se compose: l’enfant doit sentir avant de parler, mais il faut qu’il parle avant de penser. Chose étrange ! si l’homme n’eût pas créé des signes, ses idées simples et fugitives, germant et mourant tour à tour, n’auraient pas laissé plus de traces dans son cerveau que les flots d’un ruisseau qui passe n’en laissent dans ses yeux. Mais l’idée simple a d’abord nécessité le signe, et bientôt le signe a fécondé l’idée ; chaque mot a fixé la sienne, et telle est leur association que, si la parole est une pensée qui se manifeste, il faut que la pensée soit une parole intérieure et cachée. L’homme qui parle est donc l’homme qui pense tout haut, et, si on peut juger un homme par ses paroles, on peut aussi juger une nation par son langage. La forme et le fond des ouvrages dont chaque peuple se vante n’y fait rien; c’est d’après le caractère et le génie de leur langue qu’il faut prononcer: car presque tous les écrivains suivent des règles et des modèles, mais une nation entière parle d’après son génie.

On demande souvent ce que c’est que le génie d’une langue, et il est difficile de le dire. Ce mot tient à des idées très composées; il a l’inconvénient des idées abstraites et générales; on craint, en le définissant, de le généraliser encore. Mais, afin de mieux rapprocher cette expression de toutes les idées qu’elle embrasse, on peut dire que la douceur ou l’âpreté des articulations, l’abondance ou la rareté des voyelles, la prosodie et l’étendue des mots, leurs filiations, et enfin le nombre et la forme des tournures et des constructions qu’ils prennent entre eux, sont les causes les plus évidentes du génie d’une langue, et ces causes se lient au climat et au caractère de chaque peuple en particulier.

Il semble, au premier coup d’œil, que, les proportions de l’organe vocal étant invariables, elles auraient dû produire partout les mêmes articulations et les mêmes mots, et qu’on ne devrait entendre qu’un seul langage dans l’univers. Mais, si les autres proportions du corps humain, non moins invariables, n’ont pas laissé de changer de nation à nation, et si les pieds, les pouces et les coudées d’un peuple ne sont pas ceux d’un autre, il fallait aussi que l’organe brillant et compliqué de la parole éprouvât de grands changements de peuple en peuple, et souvent de siècle en siècle. La nature, qui n’a qu’un modèle pour tous les hommes, n’a pourtant pas confondu tous les visages sous une même physionomie. Ainsi, quoiqu’on trouve les mêmes articulations radicales chez des peuples différents, les langues n’en ont pas moins varié comme la scène du monde; chantantes et voluptueuses dans les beaux climats, âpres et sourdes sous un ciel triste, elles ont constamment suivi la répétition et la fréquence des mêmes sensations.

Après avoir expliqué la diversité des langues par la nature même des choses, et fondé l’union du caractère d’un peuple et du génie de sa langue sur l’éternelle alliance de la parole et de la pensée, il est temps d’arriver aux deux peuples qui nous attendent, et qui doivent fermer cette lice des nations: peuples chez qui tout diffère, climat, langage, gouvernement, vices et vertus ; peuples voisins et rivaux, qui, après avoir disputé trois cents ans, non à qui aurait l’empire, mais à qui existerait, se disputent encore la gloire des lettres et se partagent depuis un siècle les regards de l’univers.

L’Angleterre, sous un ciel nébuleux et séparée du reste du monde, ne parut qu’un exil aux Romains ; tandis que la Gaule, ouverte à tous les peuples et jouissant du ciel de la Grèce, faisait les délices des Césars : première différence établie par la nature, et d’où dérivent une foule d’autres différences. Ne cherchons pas ce qu’était la nation anglaise lorsque, répandue dans les plus belles provinces de France, adoptant notre langage et nos mœurs, elle n’offrait pas une physionomie distincte; ni dans les temps où, consternée par le despotisme de Guillaume le Conquérant ou des Tudor, elle donnait à ses voisins des modèles d’esclavage ; mais considérons-la dans son île, rendue à son propre génie, parlant sa propre langue, florissante de ses lois, s’asseyant enfin à son véritable rang en Europe.

Par sa position et par la supériorité de sa marine, elle peut nuire à toutes les nations et les braver sans cesse. Comme elle doit toute sa splendeur à l’Océan qui l’environne, il faut qu’elle l’habite, qu’elle le cultive, qu’elle se l’approprie; il faut que cet esprit d’inquiétude et d’impatience auquel elle doit sa liberté se consume au-dedans s’il n’éclate au-dehors. Mais, quand l’agitation est intérieure, elle peut être fatale au prince, qui, pour lui donner un autre cours, se hâte d’ouvrir ses ports, et les pavillons de l’Espagne, de la France ou de la Hollande sont bientôt insultés. Son commerce, qui s’est ramifié dans les quatre parties du monde, fait aussi qu’elle peut être blessée de mille manières différentes, et les sujets de guerre ne lui manquent jamais. De sorte qu’à toute l’estime qu’on ne peut refuser à une nation puissante et éclairée les autres peuples joignent toujours un peu de haine, mêlée de crainte et d’envie.

Mais la France, qui a dans son sein une subsistance assurée et des richesses immortelles, agit contre ses intérêts et méconnaît son génie quand elle se livre à l’esprit de conquête. Son influence est si grande dans la paix et dans la guerre que, toujours maîtresse de donner l’une ou l’autre, il doit lui sembler doux de tenir dans ses mains la balance des empires et d’associer le repos de l’Europe au sien. Par sa situation, elle tient à tous les États ; par sa juste étendue, elle touche à ses véritables limites. Il faut donc que la France conserve et qu’elle soit conservée : ce qui la distingue de tous les peuples anciens et modernes. Le commerce des deux mers enrichit ses villes maritimes et vivifie son intérieur, et c’est de ses productions qu’elle alimente son commerce; si bien que tout le monde a besoin de la France, quand l’Angleterre a besoin de tout le monde. Aussi, dans les cabinets de l’Europe, c’est plutôt l’Angleterre qui inquiète, c’est plutôt la France qui domine. Sa capitale, enfoncée dans les terres, n’a point eu, comme les villes maritimes, l’affluence des peuples ; mais elle a mieux senti et mieux rendu l’influence de son propre génie, le goût de son terroir, l’esprit de son gouvernement. Elle a attiré par ses charmes plus que par ses richesses; elle n’a pas eu le mélange, mais le choix des nations ; les gens d’esprit y ont abondé, et son empire a été celui du goût. Les opinions exagérées du Nord et du Midi viennent y prendre une teinte qui plaît à tous. Il faut donc que la France craigne de détourner par la guerre l’heureux penchant de tous les peuples pour elle: quand on règne par l’opinion, a-t-on besoin d’un autre empire?

Je suppose ici que, si le principe du gouvernement s’affaiblit chez l’une des deux nations, il s’affaiblit aussi dans l’autre, ce qui fera subsister longtemps le parallèle et leur rivalité: car, si l’Angleterre avait tout son ressort, elle serait trop remuante, et la France serait trop à craindre si elle déployait toute sa force. Il y a pourtant cette observation à faire que le monde politique peut changer d’attitude, et la France n’y perdrait pas beaucoup. Il n’en est pas ainsi de l’Angleterre, et je ne puis prévoir jusqu’à quel point elle tombera pour avoir plutôt songé à étendre sa domination que son commerce.

La différence de peuple à peuple n’est pas moins forte d’homme à homme. L’Anglais, sec et taciturne, joint à l’embarras et à la timidité de l’homme du Nord une impatience, un dégoût de toute chose, qui va souvent jusqu’à celui de la vie; le Français a une saillie de gaieté qui ne l’abandonne pas, et, à quelque régime que leurs gouvernements les aient mis l’un et l’autre, ils n’ont jamais perdu cette première empreinte. Le Français cherche le côté plaisant de ce monde, l’Anglais semble toujours assister à un drame : de sorte que ce qu’on a dit du Spartiate et de l’Athénien se prend ici à la lettre : on ne gagne pas plus à ennuyer un Français qu’à divertir un Anglais. Celui-ci voyage pour voir; le Français pour être vu. On n’allait pas beaucoup à Lacédémone, si ce n’est pour étudier son gouvernement ; mais le Français, visité par toutes les nations, peut se croire dispensé de voyager chez elles comme d’apprendre leurs langues, puisqu’il retrouve partout la sienne. En Angleterre, les hommes vivent beaucoup entre eux; aussi les femmes qui n’ont pas quitté le tribunal domestique, ne peuvent entrer dans le tableau de la nation; mais on ne peindrait les Français que de profil si on faisait le tableau sans elles: c’est de leurs vices et des nôtres, de la politesse des hommes et de la coquetterie des femmes, qu’est née cette galanterie des deux sexes qui les corrompt tour à tour, et qui donne à la corruption même des formes si brillantes et si aimables. Sans avoir la subtilité qu’on reproche aux peuples du Midi et l’excessive simplicité du Nord, la France a la politesse et la grâce ; et non seulement elle a la grâce et la politesse, mais c’est elle qui fournit les modèles dans les mœurs, dans les manières et dans les parures. Sa mobilité ne donne pas à l’Europe le temps de se lasser d’elle. C’est pour toujours plaire que le Français change toujours ; c’est pour ne pas trop se déplaire à lui-même que l’Anglais est contraint de changer. On nous reproche l’imprudence et la fatuité; mais nous en avons tiré plus de parti que nos ennemis de leur flegme et de leur fierté: la politesse ramène ceux qu’a choqués la vanité; il n’est point d’accommodement avec l’orgueil. On peut d’ailleurs en appeler au Français de quarante ans, et l’Anglais ne gagne rien aux délais. Il est bien des moments où le Français pourrait payer de sa personne; mais il faudra toujours que l’Anglais paye de son argent ou du crédit de sa nation. Enfin, s’il est possible que le Français n’ait acquis tant de grâces et de goût qu’aux dépens de ses mœurs, il est encore très possible que l’Anglais ait perdu les siennes sans acquérir ni le goût ni les grâces.

Quand on compare un peuple du Midi à un peuple du Nord, on n’a que des extrêmes à rapprocher ; mais la France, sous un ciel tempéré, changeante dans ses manières et ne pouvant se fixer elle-même, parvient pourtant à fixer tous les goûts. Les peuples du Nord viennent y chercher et trouver l’homme du Midi, et les peuples du Midi y cherchent et y trouvent l’homme du Nord. Plas mi cavalier francès, « c’est le chevalier français qui me plaît », disait, il y a huit cents ans, ce Frédéric 1er qui avait vu toute l’Europe et qui était notre ennemi. Que devient maintenant le reproche si souvent fait au Français qu’il n’a pas le caractère de l’Anglais? Ne voudrait-on pas aussi qu’il parlât la même langue? La nature, en lui donnant la douceur d’un climat, ne pouvait lui donner la rudesse d’un autre : elle l’a fait l’homme de toutes les nations, et son gouvernement ne s’oppose point au vœu de la nature.

J’avais d’abord établi que la parole et la pensée, le génie des langues et le caractère des peuples, se suivaient d’un même pas; je dois dire aussi que les langues se mêlent entre elles comme les peuples, qu’après avoir été obscures comme eux, elles s’élèvent et s’ennoblissent avec eux : une langue riche ne fut jamais celle d’un peuple ignorant et pauvre. Mais, si les langues sont comme les nations, il est encore très vrai que les mots sont comme les hommes. Ceux qui ont dans la société une famille et des alliances étendues y ont aussi une plus grande consistance. C’est ainsi que les mots qui ont de nombreux dérivés et qui tiennent à beaucoup d’autres sont les premiers mots d’une langue et ne vieilliront jamais, tandis que ceux qui sont isolés ou sans harmonie tombent comme des hommes sans recommandation et sans appui. Pour achever le parallèle, on peut dire que les uns et les autres ne valent qu’autant qu’ils sont à leur place. J’insiste sur cette analogie, afin de prouver combien le goût qu’on a dans l’Europe pour les Français est inséparable de celui qu’on a pour leur langue, et combien l’estime dont cette langue jouit est fondée sur celle que l’on sent pour la nation.

Voyons maintenant si le génie et les écrivains de la langue anglaise auraient pu lui donner cette universalité qu’elle n’a point obtenue du caractère et de la réputation du peuple qui la parle. Opposons sa langue à la nôtre, sa littérature à notre littérature, et justifions le choix de l’univers.

S’il est vrai qu’il n’y eut jamais ni langage ni peuple sans mélange, il n’est pas moins évident qu’après une conquête il faut du temps pour consolider le nouvel État et pour bien fondre ensemble les idiomes et les familles des vainqueurs et des vaincus. Mais on est étonné quand on voit qu’il a fallu plus de mille ans à la langue française pour arriver à sa maturité ; on ne l’est pas moins quand on songe à la prodigieuse quantité d’écrivains qui ont fourmillé dans cette langue depuis le Ve siècle jusqu’à la fin du XVIe, sans compter ceux qui écrivaient en latin. Quelques monuments qui s’élèvent encore dans cette mer d’oubli nous offrent autant de français différents. Les changements et les révolutions de la langue étaient si brusques que le siècle où on vivait dispensait toujours de lire les ouvrages du siècle précédent. Les auteurs se traduisaient mutuellement de demi-siècle en demi-siècle, de patois en patois, de vers en prose; et, dans cette longue galerie d’écrivains, il ne s’en trouve pas un qui n’ait cru fermement que la langue était arrivée pour lui à sa dernière perfection. Pasquier affirmait de son temps qu’il ne s’y connaissait pas, ou que Ronsard avait fixé la langue française.

A travers ces variations, on voit cependant combien le caractère de la nation influait sur elle: la construction de la phrase fut toujours directe et claire. La langue française n’eut donc que deux sortes de barbaries à combattre : celle des mots et celle du mauvais goût de chaque siècle. Les conquérants français, en adoptant les expressions celtes et latines, les avaient marquées chacune à son coin : on eut une langue pauvre et décousue, où tout fut arbitraire, et le désordre régna dans la disette. Mais, quand la monarchie acquit plus de force et d’unité, il fallut refondre ces monnaies éparses et les réunir sous une empreinte générale, conforme d’un côté à leur origine et de l’autre au génie même de la nation, ce qui leur donna une physionomie double : on se fit une langue écrite et une langue parlée, et ce divorce de l’orthographe et de la prononciation dure encore. Enfin le bon goût ne se développa tout entier que dans la perfection même de la société ; la maturité du langage et celle de la nation arrivèrent ensemble.

En effet, quand l’autorité publique est affermie, que les fortunes sont assurées, les privilèges confirmés, les droits éclaircis, les rangs assignés ; quand la nation, heureuse et respectée, jouit de la gloire au-dehors, de la paix et du commerce au-dedans ; lorsque dans la capitale un peuple immense se mêle toujours sans jamais se confondre, alors on commence à distinguer autant de nuances dans le langage que dans la société ; la délicatesse des procédés amène celle des propos ; les métaphores sont plus justes, les comparaisons plus nobles, les plaisanteries plus fines ; la parole étant le vêtement de la pensée, on veut des formes plus élégantes. C’est ce qui arriva aux premières années du règne de Louis XIV. Le poids de l’autorité royale fit rentrer chacun à sa place: on connut mieux ses droits et ses plaisirs; l’oreille, plus exercée, exigea une prononciation plus douce ; une foule d’objets nouveaux demandèrent des expressions nouvelles ; la langue française fournit à tout, et l’ordre s’établit dans l’abondance.

Il faut donc qu’une langue s’agite jusqu’à ce qu’elle se repose dans son propre génie, et ce principe explique un fait assez extraordinaire, c’est qu’aux XIIIe et XIVe siècles la langue française était plus près d’une certaine perfection qu’elle ne le fut au XVIe. Ses éléments s’étaient déjà incorporés, ses mots étaient assez fixes, et la construction de ses phrases directe et régulière: il ne manquait donc à cette langue que d’être parlée dans un siècle plus heureux, et ce temps approchait. Mais, contre tout espoir, la renaissance des lettres la fit tout à coup rebrousser vers la barbarie. Une foule de poètes s’élevèrent dans son sein, tels que les Jodelle, les Baïf et les Ronsard. Épris d’Homère et de Pindare, et n’ayant pas digéré les beautés de ces grands modèles, ils s’imaginèrent que la nation s’était trompée jusque-là, et que la langue française aurait bientôt le charme du grec si on y transportait les mots composés, les diminutifs, les péjoratifs, et surtout la hardiesse des inversions, choses précisément opposées à son génie. Le ciel fut porte-flambeaux, Jupiter lance-tonnerre; on eut des angelets doucelets; on fit des vers sans rime, des hexamètres, des pentamètres ; les métaphores basses ou gigantesques se cachèrent sous un style entortillé ; enfin ces poètes parlèrent grec en français, et de tout un siècle on ne s’entendit point dans notre poésie. C’est sur leurs sublimes échasses que le burlesque se trouva naturellement monté quand le bon goût vint à paraître.

À cette même époque, les deux reines Médicis donnaient une grande vogue à l’italien, et les courtisans tâchaient de l’introduire de toute part dans la langue française. Cette irruption du grec et de l’italien la troubla d’abord; mais, comme une liqueur déjà saturée, elle ne put recevoir ces nouveaux éléments: ils ne tenaient pas, on les vit tomber d’eux-mêmes.

Les malheurs de la France sous les derniers Valois retardèrent la perfection du langage; mais, la fin du règne de Henri IV et celui de Louis XIII ayant donné à la nation l’avant-goût de son triomphe, la poésie française se montra d’abord sous les auspices de son propre génie. La prose, plus sage, ne s’en était pas écartée comme elle, témoin Amyot, Montaigne et Charron; aussi, pour la première fois peut-être, elle précéda la poésie, qui la devance toujours.

Il manque un trait à cette faible esquisse de la langue romance ou gauloise. On est persuadé que nos pères étaient tous naïfs; que c’était un bienfait de leur temps et de leurs mœurs, et qu’il est encore attaché à leur langage: si bien que certains auteurs empruntent aujourd’hui leurs tournures, afin d’être naïfs aussi. Ce sont des vieillards qui, ne pouvant parler en hommes, bégayent pour paraître enfants: le naïf qui se dégrade tombe dans le niais. Voici donc comment s’explique cette naïveté gauloise.

Tous les peuples ont le naturel: il ne peut y avoir qu’un siècle très avancé qui connaisse et sente le naïf. Celui que nous trouvons et que nous sentons dans le style de nos ancêtres l’est devenu pour nous; il n’était pour eux que le naturel. C’est ainsi qu’on trouve tout naïf dans un enfant qui ne s’en doute pas. Chez les peuples perfectionnés et corrompus, la pensée a toujours un voile, et la modération, exilée des mœurs, se réfugie dans le langage, ce qui le rend plus fin et plus piquant. Lorsque, par une heureuse absence de finesse et de précaution, la phrase montre la pensée toute nue, le naïf paraît. De même, chez les peuples vêtus, une nudité produit la pudeur; mais les nations qui vont nues sont chastes sans être pudiques, comme les Gaulois étaient naturels sans être naïfs. On pourrait ajouter que ce qui nous fait sourire dans une expression antique n’eut rien de plaisant dans son siècle, et que telle épigramme, chargée du sel d’un vieux mot, eût été fort innocente il y a deux cents ans. Il me semble donc qu’il est ridicule, quand on n’a pas la naïveté, d’en emprunter les livrées. Nos grands écrivains l’ont trouvée dans leur âme, sans quitter leur langue, et celui qui, pour être naïf, emprunte une phrase d’Amyot, demanderait, pour être brave, l’armure de Bayard.

C’est une chose bien remarquable qu’à quelque époque de la langue française qu’on s’arrête, depuis sa plus obscure origine jusqu’à Louis XIII, et dans quelque imperfection qu’elle se trouve de siècle en siècle, elle ait toujours charmé l’Europe, autant que le malheur des temps l’a permis. Il faut donc que la France ait toujours eu une perfection relative et certains agréments fondés sur sa position et sur l’heureuse humeur de ses habitants. L’histoire, qui confirme partout cette vérité, n’en dit pas autant de l’Angleterre.

Les Saxons, l’ayant conquise, s’y établirent, et c’est de leur idiome et de l’ancien jargon du pays que se forma la langue anglaise, appelée anglo-saxon. Cette langue fut abandonnée au peuple, depuis la conquête de Guillaume jusqu’à Édouard III, intervalle pendant lequel la cour et les tribunaux d’Angleterre ne s’exprimèrent qu’en français. Mais enfin, la jalousie nationale s’étant réveillée, on exila une langue rivale que le génie anglais repoussait depuis longtemps. On sent bien que les deux langues s’étaient mêlées malgré leur haine; mais il faut observer que les mots français qui émigrèrent en foule dans l’anglais, et qui se fondirent dans une prononciation et une syntaxe nouvelles, ne furent pourtant pas défigurés: si notre oreille les méconnaît, nos yeux les retrouvent encore; tandis que les mots latins qui entraient dans les différents jargons de l’Europe furent toujours mutilés, comme les obélisques et les statues qui tombaient entre les mains des barbares. Cela vient de ce que, les Latins ayant placé les nuances de la déclinaison et de la conjugaison dans les finales des mots, nos ancêtres, qui avaient leurs articles, leurs pronoms et leurs verbes auxiliaires, tronquèrent ces finales qui leur étaient inutiles et qui défiguraient le mot à leurs yeux, Mais dans les emprunts que les langues modernes se font entre elles, le mot ne s’altère que dans la prononciation.

Pendant un espace de quatre cents ans, je ne trouve en Angleterre que Chaucer et Spencer. Le premier mérita, vers le milieu du XVe siècle, d’être appelé l’Homère anglais; notre Ronsard le mérita de même, et Chaucer, aussi obscur que lui, fut encore moins connu. De Chaucer jusqu’à Shakespeare et Milton, rien ne transpire dans cette île célèbre, et sa littérature ne vaut pas un coup d’œil

Me voilà tout à coup revenu à l’époque où j’ai laissé la langue française. La paix de Vervins avait appris à l’Europe sa véritable position; on vit chaque État se placer à son rang. L’Angleterre brilla pour un moment de l’éclat d’Elisabeth et de Cromwell, et ne sortit pas du pédantisme; l’Espagne, épuisée, ne put cacher sa faiblesse; mais la France montra toute sa force, et les lettres commencèrent sa gloire.

Si Ronsard avait bâti des chaumières avec des tronçons de colonnes grecques, Malherbe éleva le premier des monuments nationaux. Richelieu, qui affectait toutes les grandeurs, abaissait d’une main la maison d’Autriche, et de l’autre attirait à lui le jeune Corneille en l’honorant de sa jalousie. Ils fondaient ensemble ce théâtre où, jusqu’à l’apparition de Racine, l’auteur du Cid régna seul. Pressentant les accroissements et l’empire de la langue, il lui créait un tribunal, afin de devenir par elle le législateur des lettres. A cette époque, une foule de génies vigoureux s’emparèrent de la langue française et lui firent parcourir rapidement toutes ses périodes, de Voiture jusqu’à Pascal, et de Racan jusqu’à Boileau.

Cependant l’Angleterre, échappée à l’anarchie, avait repris ses premières formes, et Charles II était paisiblement assis sur un trône teint du sang de son père. Shakespeare avait paru, mais son nom et sa gloire ne devaient passer les mers que deux siècles après ; il n’était pas alors, comme il l’a été depuis, l’idole de sa nation et le scandale de notre littérature. Soft génie agreste et populaire déplaisait au prince et aux courtisans. Milton, qui le suivit, mourut inconnu. Sa personne était odieuse à la cour; le titre de son poème rebuta; on ne goûta point des vers durs, hérissés de termes techniques, sans rime et sans harmonie, et l’Angleterre apprit un peu tard qu’elle possédait un poème épique. Il y avait pourtant de beaux esprits et des poètes à la cour de Charles: Cowley, Rochester, Hamilton, Waller, y brillaient, et Shaftesbury hâtait les progrès de la pensée en épurant la prose anglaise. Cette faible aurore se perdit tout à coup dans l’éclat du siècle de Louis XIV: les beaux jours de la France étaient arrivés.

Il y eut un admirable concours de circonstances. Les grandes découvertes qui s’étaient faites depuis cent cinquante ans dans le monde avaient donné à l’esprit humain une impulsion que rien ne pouvait plus arrêter, et cette impulsion tendait vers la France. Paris fixa les idées flottantes de l’Europe et devint le foyer des étincelles répandues chez tous les peuples. L’imagination de Descartes régna dans la philosophie, la raison de Boileau dans les vers; Bayle plaça le doute aux pieds de la vérité: Bossuet tonna sur la tête des rois, et nous comptâmes autant de genres d’éloquence que de grands hommes. Notre théâtre surtout achevait l’éducation de l’Europe: c’est là que le grand Condé pleurait aux vers du grand Corneille, et que Racine corrigeait Louis XIV. Rome tout entière parut sur la scène française, et les passions parlèrent leur langage. Nous eûmes et ce Molière, plus comique que les Grecs, et le Télémaque, plus antique que les ouvrages des anciens, et ce La Fontaine qui, ne donnant pas à la langue des formes si pures, lui prêtait des beautés plus incommunicables. Nos livres, rapidement traduits en Europe et même en Asie, devinrent les livres de tous les pays, de tous les goûts et de tous les âges. La Grèce, vaincue sur le théâtre, le fut encore dans des pièces fugitives qui volèrent de bouche en bouche et donnèrent des ailes à la langue française. Les premiers journaux qu’on vit circuler en Europe étaient français et ne racontaient que nos victoires et nos chefs-d’œuvre. C’est de nos académies qu’on s’entretenait, et la langue s’étendait par leurs correspondances. On ne parlait enfin que de l’esprit et des grâces françaises; tout se faisait au nom de la France, et notre réputation s’accroissait de notre réputation.

Aux productions de l’esprit se joignaient encore celles de l’industrie: des pompons et des modes accompagnaient nos meilleurs livres chez l’étranger, parce qu’on voulait être partout raisonnable et frivole comme en France. Il arriva donc que nos voisins, recevant sans cesse des meubles, des étoffes et des modes qui se renouvelaient sans cesse, manquèrent de termes pour les exprimer; ils furent comme accablés sous l’exubérance de l’industrie française, si bien qu’il prit comme une impatience générale à l’Europe, et que, pour n’être plus séparé de nous, on étudia notre langue de tous côtés.

Depuis cette explosion, la France a continué de donner un théâtre, des habits, du goût, des manières, une langue, un nouvel art de vivre et des jouissances inconnues aux États qui l’entourent, sorte d’empire qu’aucun peuple n’a jamais exercé. Et comparez-lui, je vous prie, celui des Romains, qui semèrent partout leur langue et l’esclavage, s’engraissèrent de sang et détruisirent jusqu’à ce qu’ils fussent détruits!

On a beaucoup parlé de Louis XIV: je n’en dirai qu’un mot. Il n’avait ni le génie d’Alexandre, ni la puissance et l’esprit d’Auguste; mais, pour avoir su régner, pour avoir connu l’art d’accorder ce coup d’œil, ces faibles récompenses dont le talent veut bien se payer, Louis XIV marche, dans l’histoire de l’esprit humain, à côté d’Auguste et d’Alexandre. Il fut le véritable Apollon du Parnasse français; les poèmes, les tableaux, les marbres, ne respirèrent que pour lui. Ce qu’un autre eût fait par politique, il le fit par goût. Il avait de la grâce, il aimait la gloire et les plaisirs, et je ne sais quelle tournure romanesque qu’il eut dans sa jeunesse remplit les Français d’un enthousiasme qui gagna toute l’Europe. Il fallut voir ses bâtiments et ses fêtes, et souvent la curiosité des étrangers soudoya la vanité française. En fondant à Rome une colonie de peintres et de sculpteurs, il faisait signer à la France une alliance perpétuelle avec les arts. Quelquefois son humeur magnifique allait avertir les princes étrangers du mérite d’un savant ou d’un artiste caché dans leurs États, et il en faisait l’honorable conquête. Aussi le nom français et le sien pénétrèrent jusqu’aux extrémités orientales de l’Asie; notre langue domina comme lui dans tous les traités, et, quand il cessa de dicter des lois, elle garda si bien l’empire qu’elle avait acquis que ce fut dans cette même langue, organe de son ancien despotisme, que ce prince fut humilié vers la fin de ses jours. Ses prospérités, ses fautes et ses malheurs servirent également à la langue; elle s’enrichit, à la révocation de l’édit de Nantes, de tout ce que perdait l’État. Les réfugiés emportèrent dans le Nord leur haine pour le prince et leurs regrets pour la patrie, et ces regrets et cette haine s’exhalèrent en français.

Il semble que c’est vers le milieu du règne de Louis XIV que le royaume se trouva à son plus haut point de grandeur relative. L’Allemagne avait des princes nuls; l’Espagne était divisée et languissante ; l’Italie avait tout à craindre; l’Angleterre et l’Écosse n’étaient pas encore unies; la Prusse et la Russie n’existaient pas. Aussi l’heureuse France, profitant de ce silence de tous les peuples, triompha dans la paix, dans la guerre et dans les arts; elle occupa le monde de ses entreprises et de sa gloire. Pendant près d’un siècle, elle donna à ses rivaux et les jalousies littéraires, et les alarmes politiques, et la fatigue de l’admiration. Enfin l’Europe, lasse d’admirer et d’envier, voulut imiter: c’était un nouvel hommage. Des essaims d’ouvriers entrèrent en France et rapportèrent notre langue et nos arts, qu’ils propagèrent.

Vers la fin du siècle, quelques ombres se mêlèrent à tant d’éclat. Louis XIV, vieillissant, n’était plus heureux. L’Angleterre se dégagea des rayons de la France et brilla de sa propre lumière; de grands esprits s’élevèrent dans son sein. Sa langue s’était enrichie, comme son commerce, de la dépouille des nations; Pope, Addison et Dryden en adoucirent les sifflements, et l’anglais fut, sous leur plume, l’italien du Nord. L’enthousiasme pour Shakespeare et Milton se réveilla, et cependant Locke posait les bornes de l’esprit humain; Newton trouvait la nature de la lumière et la loi de l’univers.

Aux yeux du sage, l’Angleterre s’honorait autant par la philosophie que nous par les arts; mais puisqu’il faut le dire, la place était prise: l’Europe ne pouvait donner deux fois le droit d’aînesse, et nous l’avions obtenu, de sorte que tant de grands hommes, en travaillant pour leur gloire, illustrèrent leur patrie et l’humanité plus encore que leur langue.

Supposons cependant que l’Angleterre eût été moins lente à sortir de la barbarie et qu’elle eût précédé la France, il me semble que l’Europe n’en aurait pas mieux adopté sa langue. Sa position n’appelle pas les voyageurs, et la France leur sert toujours de passage ou de terme. L’Angleterre vient elle-même faire son commerce chez les différents peuples, et on ne va point commercer chez elle. Or celui qui voyage ne donne pas sa langue; il prendrait plutôt celle des autres: c’est presque sans sortir de chez lui que le Français a étendu la sienne.

Supposons enfin que, par sa position, l’Angleterre ne se trouvât pas reléguée dans l’Océan et qu’elle eût attiré ses voisins, il est encore probable que sa langue et sa littérature n’auraient pu fixer le choix de l’Europe, car il n’est point d’objection un peu forte contre la langue allemande qui n’ait encore de la force contre celle des Anglais: les défauts de la mère ont passé jusqu’à la fille. Il est vrai aussi que les objections contre la littérature anglaise deviennent plus terribles contre celle des Allemands: ces deux peuples s’excluent l’un par l’autre.

Quoiqu’il en soit, l’événement a démontré que, la langue latine étant la vieille souche, c’était un de ses rejetons qui devait fleurir en Europe. On peut dire, en outre, que, si l’anglais a l’audace des langues à inversions, il en a l’obscurité, et que sa syntaxe est si bizarre que la règle y a quelque fois moins d’applications que d’exceptions. On lui trouve des formes serviles qui étonnent dans la langue d’un peuple libre, et la rendent moins propre à la conversation que la langue française, dont la marche est si leste et si dégagée. Ceci vient de ce que les Anglais ont passé du plus extrême esclavage à la plus haute liberté politique, et que nous sommes arrivés d’une liberté presque démocratique à une monarchie presque absolue. Les deux nations Ont gardé les livrées de leur ancien état, et c’est ainsi que les langues sont les vraies médailles de l’histoire. Enfin la prononciation de cette langue n’a ni la plénitude ni la fermeté de la nôtre.

J’avoue que la littérature des Anglais offre des monuments de profondeur et d’élévation qui seront l’éternel honneur de l’esprit humain, et cependant leurs livres ne sont pas devenus les livres de tous les hommes ; ils n’ont pas quitté certaines mains; il a fallu des essais et de la précaution pour n’être pas rebuté de leur ton, de leur goût et de leurs formes. Accoutumé au crédit immense qu’il a dans les affaires, l’Anglais semble porter cette puissance fictive dans les lettres, et sa littérature en a contracté un caractère d’exagération opposé au bon goût; elle se sent trop de l’isolement du peuple et de l’écrivain: c’est avec une ou deux sensations que quelques Anglais ont fait un livre. Le désordre leur a plu, comme si l’ordre leur eût semblé trop près de je ne sais quelle servitude: aussi leurs Ouvrages, qu’on ne lit pas sans fruit, sont trop souvent dépourvus de charme, et le lecteur y trouve toujours la peine que l’écrivain ne s’est pas donnée.

Mais le Français, ayant reçu des impressions de tous les peuples de l’Europe, a placé le goût dans les opinions modérées, et ses livres composent la bibliothèque du genre humain. Comme les Grecs, nous avons eu toujours dans le temple de la gloire un autel pour les Grâces, et nos rivaux les ont trop oubliées. On peut dire par supposition que, si le monde finissait tout à coup pour faire place à un monde nouveau, ce n’est point un excellent livre français qu’il faudrait lui léguer afin de lui donner de notre espèce humaine une idée plus heureuse. A richesse égale, il faut que la sèche raison cède le pas à la raison ornée.

Ce n’est point l’aveugle amour de la patrie ni le préjugé national qui m’ont conduit dans ce rapprochement des deux peuples: c’est la nature et l’évidence des faits. Eh! quelle est la nation qui loue plus franchement que nous? N’est-ce pas la France qui a tiré la littérature anglaise du fond de son île? N’est-ce pas Voltaire qui a présenté Locke et même Newton à l’Europe? Nous sommes les seuls qui imitions les Anglais, et, quand nous sommes las de notre goût, nous y mêlons leurs caprices; nous faisons entrer une mode anglaise dans l’immense tourbillon des nôtres, et le monde l’adopte au sortir de nos mains. Il n’en est pas ainsi de l’Angleterre: quand les peuples du Nord ont aimé la nation française, imité ses manières, exalté ses ouvrages, les Anglais se sont tus, et ce concert de toutes les voix n’a été troublé que par leur silence.

Il me reste à prouver que, si la langue française a conquis l’empire par ses livres, par l’humeur et par l’heureuse position du peuple qui la parle, elle le conserve par son propre génie.

Ce qui distingue notre langue des langues anciennes et modernes, c’est l’ordre et la construction de la phrase. Cet ordre doit toujours être direct et nécessairement clair. Le français nomme d’abord le sujet du discours, ensuite le verbe qui est l’action, et enfin l’objet de cette action: voilà la logique naturelle à tous les hommes; -voilà ce qui constitue le sens commun. Or cet ordre, si favorable, si nécessaire au raisonnement, est presque toujours contraire aux sensations, qui nomment le premier l’objet qui frappe le premier  C’est pourquoi tous les peuples, abandonnant l’ordre direct, ont eu recours aux tournures plus ou moins hardies, selon que leurs sensations ou l’harmonie des mots l’exigeaient; et l’inversion a prévalu sur la terre, parce que l’homme est plus impérieusement gouverné par les passions que par la raison.

Le français, par un privilège unique, est seul resté fidèle à l’ordre direct, comme s’il était tout raison, et on a beau par les mouvements les plus variés et toutes les ressources du style, déguiser cet ordre, il faut toujours qu’il existe; et c’est en vain que les passions nous bouleversent et nous sollicitent de suivre l’ordre des sensations: la syntaxe française est incorruptible. C’est de là que résulte cette admirable clarté, hase éternelle de notre langue. Ce qui n’est pas clair n’est pas français; ce qui n’est pas clair est encore anglais, italien, grec ou latin. Pour apprendre les langues à inversion, il suffit de connaître les mots et leurs régimes; pour apprendre la langue française, il faut encore retenir l’arrangement des mots. On dirait que c’est d’une géométrie tout élémentaire, de la simple ligne droite, et que ce sont les courbes et leurs variétés infinies qui ont présidé aux langues grecque et latine. La nôtre règle et conduit la pensée; celles-là se précipitent et s’égarent avec elle dans le labyrinthe des sensations et suivent tous les caprices de l’harmonie: aussi furent-elles merveilleuses pour les oracles, et la nôtre les eût absolument décriés.

Il est arrivé de là que la langue française a été moins propre à la musique et aux vers qu’aucune langue ancienne ou moderne, car ces deux arts vivent de sensations, la musique surtout, dont la propriété est de donner de la force à des paroles sans verve et d’affaiblir les expressions fortes: preuve incontestable qu’elle est elle-même une puissance à part, et qu’elle repousse tout ce qui veut partager avec elle l’empire des sensations. Qu’Orphée redise sans cesse: J’ai perdu mon Eurydice, la sensation grammaticale d’une phrase tant répétée sera bientôt nulle, et la sensation musicale ira toujours croissant; et ce n’est point, comme on l’a dit, parce que les mots français ne sont pas sonores que la musique les repousse: c’est parce qu’il offrent l’ordre et la suite quand le chant demande le désordre et l’abandon. La musique doit bercer l’âme dans le vague et ne lui présenter que des motifs. Malheur à celle dont on dira qu’elle a tout défini! Les accords plaisent à l’oreille par la même raison que les saveurs et les parfums plaisent au goût et à l’odorat.

Mais, si la rigide construction de la phrase gêne la marche du musicien, l’imagination du poète est encore arrêtée par le génie circonspect de la langue. Les métaphores des poètes étrangers ont toujours un degré de plus que les nôtres; ils serrent le style de plus près, et leur poésie est plus haute en couleur. Il est généralement vrai que les figures orientales étaient folles, que celles des Grecs et des Latins ont été hardies, et que les nôtres sont simplement justes. Il faut donc que le poète français plaise par la pensée, par une élégance continue, par des mouvements heureux, par des alliances de mots. C’est ainsi que les grands maîtres n’ont pas laissé de cacher d’heureuses hardiesses dans le tissus d’un style clair et sage, et c’est de l’artifice avec lequel ils ont su déguiser leur fidélité au génie de leur langue que résulte tout le charme de leur style: ce qui fait croire que la langue française, sobre et timide, serait encore la dernière des langues si la masse de ses bons écrivains ne l’eût poussée au premier rang en forçant son naturel.

Un des plus grands problèmes qu’on puisse proposer aux hommes est cette constance de l’ordre régulier dans notre langue. Je conçois bien que les Grecs, et même les Latins, ayant donné une famille à chaque mot et de riches modifications à leurs finales, se soient livrés au plus hardies tournures pour obéir aux impressions qu’ils recevaient des objets; tandis que dans nos langues modernes l’embarras des conjugaisons et l’attirail des articles, la présence d’un nom mal apparenté ou d’un verbe défectueux, nous font tenir sur nos gardes pour éviter l’obscurité. Mais pourquoi, entre les langues modernes, la nôtre s’est-elle trouvée seule si rigoureusement asservie à l’ordre direct? Serait-il vrai que par son caractère la nation française eût souverainement besoin de clarté?

Tous les hommes ont ce besoin, sans doute, et je ne croirai jamais que dans Athènes et dans Rome les gens du peuple aient usé de fortes inversions; on voit même leurs plus grands écrivains se plaindre de l’abus qu’on en faisait en vers et en prose j ils sentaient que l’inversion était l’unique source des difficultés et des équivoques dont leurs langues fourmillent, parce qu’une fois l’ordre du raisonnement sacrifié, l’oreille et l’imagination, ce qu’il y a de plus capricieux dans l’homme, restent maîtresses du discours. Aussi, quand on lit Démétrius de Phalère, est-on frappé des éloges qu’il donne à Thucydide pour avoir débuté dans son histoire par une phrase de construction toute française. Cette phrase était élégante et directe à la fois, ce qui arrivait rarement: car toute langue accoutumée à la licence des inversions ne peut plus porter le joug de l’ordre sans perdre ses mouvements et sa grâce.

Mais la langue française, ayant la clarté par excellence, a dû chercher toute son élégance et sa force dans l’ordre direct; l’ordre et la clarté ont dû surtout dominer dans la prose, et la prose a dû lui donner l’empire. Cette marche est dans la nature: rien n’est en effet comparable à la prose française.

Il y a des pièges et des surprises dans les langues à inversions. Le lecteur reste suspendu dans une phrase latine comme un voyageur devant des routes qui se croisent; il attend que toutes les finales l’aient averti de la correspondance des mots; son oreille reçoit, et son esprit, qui n’a cessé de décomposer pour composer encore, résout enfin le sens de la phrase comme un problème. La prose française se développe en marchant et se déroule avec grâce et noblesse. Toujours sûre de la construction de ses phrases, elle entre avec plus de bonheur dans la discussion des choses abstraites, et sa sagesse donne de la confiance à la pensée. Les philosophes l’ont adoptée parce qu’elle sert de flambeau aux sciences qu’elle traite, et qu’elle s’accommode également et de la frugalité didactique et de la magnificence qui convient à l’histoire de la nature.

On ne dit rien en vers qu’on ne puisse très souvent exprimer aussi bien dans notre prose, et cela n’est pas toujours réciproque. Le prosateur tient plus étroitement sa pensée et la conduit par le plus court chemin, tandis que le versificateur laisse flotter les rênes et va où la rime le pousse. Notre prose s’enrichit de tous les trésors de l’expression; elle poursuit le vers dans toutes ses hauteurs, et ne laisse entre elle et lui que la rime. Étant commune à tous les hommes, elle a plus de juges que la versification, et sa difficulté se cache sous une extrême facilité. Le versificateur enfle sa voix, s’arme de la rime et de la mesure, et tire une pensée commune du sentier vulgaire; mais aussi que de faiblesses ne cache pas l’art des vers! La prose accuse le nu de la pensée; il n’est pas permis d’être faible avec elle. Selon Denys d’Halicarnasse, il y a une prose qui vaut mieux que les meilleurs vers, et c’est elle qui fait lire les ouvrages de longue haleine, parce qu’elle seule peut se charger des détails, et que la variété de ses périodes lasse moins que le charme continu de la rime et de la mesure. Et qu’on ne croie pas que je veuille par là dégrader les beaux vers: l’imagination pare la prose, mais la poésie pare l’imagination. La raison elle-même a plus d’une route, et la raison en vers est admirable; mais le mécanisme du vers fatigue, sans offrir à l’esprit des tournures plus hardies, dans notre langue surtout, où les vers semblent être les débris de la prose qui les a précédés; tandis que chez les Grecs, sauvages plus harmonieusement organisés que nos ancêtres, les vers et les dieux régnèrent longtemps avant la prose et les rois. Aussi peut-on dire que leur langue fut longtemps chantée avant d’être parlée, et la nôtre, à jamais dénuée de prosodie, ne s’est dégagée qu’avec peine de ses articulations rocailleuses. De là nous est venue cette rime, tant reprochée à la versification moderne, et pourtant si nécessaire pour lui donner cet air de chant qui la distingue de la prose. Au reste, les anciens n’eurent-ils pas le retour des mesures, comme nous celui des sons, et n’est-ce pas ainsi que tous les arts ont leurs rimes, qui sont les symétries? Un jour, cette rime des modernes aura de grands avantages pour la postérité: car il s’élèvera des scoliastes qui compileront laborieusement toutes celles des langues mortes, et, comme il n’y a presque pas un mot qui n’ait passé par la rime, ils fixeront par là une sorte de prononciation uniforme et plus ou moins semblable à la nôtre, ainsi que par les lois de la mesure nous avons fixé la valeur des syllabes chez les Grecs et les Latins.

Quoi qu’il en soit de la prose et des vers français, quand cette langue traduit, elle explique véritablement un auteur; mais les langues italienne et anglaise, abusant de leurs inversions, se jettent dans tous les moules que le texte leur présente ; elles se calquent sur lui et rendent difficulté pour difficulté: je n’en veux pour preuve que Davanzati. Quand le sens de Tacite se perd, comme un fleuve qui disparaît tout à coup sous la terre, le traducteur se plonge et se dérobe avec lui. On les voit ensuite reparaître ensemble; ils ne se quittent pas l’un l’autre mais le lecteur les perd souvent tous deux.

La prononciation de la langue française porte l’empreinte de son caractère: elle est plus variée que celle des langues du Midi mais moins éclatante; elle est plus douce que celle des langues du Nord, parce qu’elle n’articule pas toutes ses lettres. Le son de l’e muet, toujours semblable à la dernière vibration des corps sonores, lui donne une harmonie légère qui n’est qu’à elle.

Si on ne lui trouve pas les diminutifs et les mignardises de la langue italienne, son allure est plus mâle. Dégagée de tous les protocoles que la bassesse inventa pour la vanité et la faiblesse pour le pouvoir, elle en est plus faite pour la conversation, lien des hommes et charme de tous les âges; et, puisqu’il faut le dire, elle est, de toutes les langues, la seule qui ait une probité attachée à son génie. Sûre, sociale, raisonnable, ce n’est plus la langue française, c’est la langue humaine: et voilà pourquoi les puissances l’ont appelée dans leurs traités; elle y règne depuis les conférences de Nimègue, et désormais les intérêts des peuples et les volontés des rois reposeront sur une base plus fixe; on ne sèmera plus la guerre dans des paroles de paix.

Aristippe, ayant fait naufrage, aborda dans une île inconnue, et, voyant des figures de géométrie tracées sur le rivage, il s’écria que les dieux ne l’avaient pas conduit chez des barbares: quand on arrive chez un peuple et qu’on y trouve la langue française, on peut se croire chez un peuple poli.

Leibniz cherchait une langue universelle, et nous l’établissions autour de lui. Ce grand homme sentait que la multitude des langues était fatale au génie et prenait trop sur la brièveté de la vie. Il est bon de ne pas donner trop de vêtements à sa pensée: il faut, pour ainsi dire, voyager dans les langues, et, après avoir savouré le goût des plus célèbres, se renfermer dans la sienne.

Si nous avions les littératures de tous les peuples passés, comme nous avons celle des Grecs et des Romains, ne faudrait-il pas que tant de langues se réfugiassent dans une seule par la traduction? Ce sera vraisemblablement le sort des langues modernes, et la nôtre leur offre un port dans le naufrage. L’Europe présente une république fédérative composée d’empires et de royaumes, et la plus redoutable qui ait jamais existé. On ne Peut en prévoir la fin, et cependant la langue française doit encore lui survivre. Les États se renverseront, et notre langue sera toujours retenue dans la tempête par deux ancres, sa littérature et sa clarté, jusqu’au moment où, par une de ces grandes révolutions qui remettent les choses à leur premier point, la nature vienne renouveler ses traités avec un autre genre humain.

Mais, sans attendre l’effort des siècles, cette langue ne peut-elle pas se corrompre? Une telle question mènerait trop loin: il faut seulement soumettre la langue française au principe commun à toutes les langues.

Le langage est la peinture de nos idées, qui à peur tour sont des images plus ou moins étendues de quelques parties de la nature. Comme il existe deux mondes pour chaque homme en particulier, l’un hors de lui, qui est le monde physique, et l’autre au-dedans, qui est le monde moral ou intellectuel, il y a aussi deux styles dans le langage, le naturel et le figuré. Le premier exprime ce qui se passe hors de nous et dans nous par des causes physiques; il compose le fond des langues, s’étend par l’expérience, et peut être aussi grand que la nature. Le second exprime ce qui se passe dans nous et hors de nous; mais c’est l’imagination qui le compose des emprunts qu’elle fait au premier. Le soleil brûle, le marbre est froid, l’homme désire la gloire: voilà le langage propre ou naturel. Le cœur brûle de désir, la crainte le glace, la terre demande la pluie: voilà le style figuré, qui n’est que le simulacre de l’autre et qui double ainsi la richesse des langues. Comme il tient à l’idéal, il paraît plus grand que la nature.

L’homme le plus dépourvu d’imagination ne parle pas longtemps sans tomber dans la métaphore. Or c’est ce perpétuel mensonge de la parole, c’est le style métaphorique, qui porte un germe de corruption. Le style naturel ne peut être que vrai, et, quand il est faux, l’erreur est de fait, et nos sens la corrigent tôt ou tard; mais les erreurs dans les figures ou dans les métaphores annoncent de la fausseté dans l’esprit et un amour de l’exagération qui ne se corrige guère.

Une langue vient donc à se corrompre lorsque, confondant les limites qui séparent le style naturel du figuré, on met de l’affectation à outrer les figures et à rétrécir le naturel, qui est la base, pour charger d’ornements superflus l’édifice de l’imagination. Par exemple, il n’est point d’art ou de profession dans la vie qui n’ait fourni des expressions figurées au langage. On dit: la trame de la perfidie, le creuset du malheur, et on voit que ces expressions sont comme à la porte de nos ateliers et s’offrent à tous les yeux. Mais quand on veut aller plus avant, et qu’on dit: Cette vertu qui sort du creuset n’a pas perdu tout son alliage, il lui faut plus de cuisson; lorsqu’on passe de la trame de la perfidie à la navette de la fourberie, on tombe dans l’affectation.

C’est ce défaut qui perd les écrivains des nations avancées: ils veulent être neufs et ne sont que bizarres ; ils tourmentent leur langue pour que l’expression leur donne la pensée, et c’est pourtant celle-ci qui doit toujours amener l’autre. Ajoutons qu’il y a une seconde espèce de corruption mais qui n’est pas à craindre pour la langue française: c’est la bassesse des figures. Ronsard disait: Le soleil perruqué de lumière; la voile s’enfle à plein ventre. Ce défaut précède la maturité des langues et disparaît avec la politesse.

Par tous les mots et toutes les expressions dont les arts et les métiers ont enrichi les langues, il semble qu’elles aient peu d’obligations aux gens de la cour et du monde; mais, si c’est la partie laborieuse d’une nation qui crée, c’est la partie oisive qui choisit et qui règne. Le travail et le repos sont pour l’une, le loisir et les plaisirs pour l’autre. C’est au goût dédaigneux, c’est à l’ennui d’un peuple d’oisifs, que l’art a dû ses progrès et ses finesses. On sent en effet que tout est bon pour l’homme de cabinet et de travail qui ne cherche, le soir, qu’un délassement dans les spectacles et les chefs-d’œuvre des arts; mais, pour les âmes excédées de plaisirs et lasses de repos, il faut sans cesse des attitudes nouvelles et des sensations toujours plus exquises.

Peut-être est-ce ici le lieu d’examiner ce reproche de pauvreté et d’extrême délicatesse si souvent fait à la langue française. Sans doute, il est difficile d’y tout exprimer avec noblesse; mais voilà précisément ce qui constitue en quelque sorte son caractère. Les styles sont classés dans notre langue, comme les sujets dans notre monarchie. Deux expressions qui conviennent à la même chose, et c’est à travers cette hiérarchie des styles que le bon goût sait marcher. On peut ranger nos grands écrivains en deux classes. Les premiers, tels que Racine et Boileau, doivent tout à un grand goût et à un travail obstiné; ils parlent un langage parfait dans ses formes, sans mélange, toujours idéal, toujours étranger au peuple qui les environne: ils deviennent les écrivains de tous les temps et perdent bien peu dans la postérité. Les seconds, nés avec plus d’originalité, tels que Molière ou La Fontaine, revêtent leurs idées de toutes les formes populaires, mais avec tant de sel, de goût et de vivacité, qu’ils sont à la fois les modèles et les répertoires de leur langue. Cependant leurs couleurs, plus locales, s’effacent à la longue; le charme du style mêlé s’affadit ou se perd, et ces auteurs ne sont pour la postérité, qui ne peut les traduire, que les écrivains de leur nation. Il serait donc aussi injuste de juger de l’abondance de notre langue par le Télémaque ou Cinna seulement que de la population de la France par le petit nombre appelé la bonne compagnie.

J’aurais pu examiner jusqu’à quel point et par combien de nuances les langues passent et se dégradent en suivant le déclin des empires; mais il suffit de dire qu’après s’être élevées d’époque en époque jusqu’à la perfection, c’est en vain qu’elles en descendent: elles y sont fixées par les bons livres, et c’est en devenant langues mortes qu’elles se font réellement immortelles. Le mauvais latin du Bas-Empire n’a-t-il pas donné un nouveau lustre à la belle latinité du siècle d’Auguste? Les grands écrivains ont tout fait. Si notre France cessait d’en produire, la langue de Racine et de Voltaire deviendrait une langue morte; et, si les Esquimaux nous offraient tout à coup douze écrivains du premier ordre, il faudrait bien que les regards de l’Europe se tournassent vers cette littérature des Esquimaux.

Terminons, il est temps, l’histoire déjà trop longue de la langue française. Le choix de l’Europe est expliqué et justifié. Voyons d’un coup d’œil comment, sous le règne de Louis XV, il a été confirmé, et comment il se confirme encore de jour en jour.

Louis XIV, se survivant à lui-même, voyait commencer un autre siècle, et la France ne s’était reposée qu’un moment. La philosophie de Newton attira d’abord nos regards, et Fontenelle nous la fit aimer en la combattant. Astre doux et paisible, il régna pendant le crépuscule qui sépara les deux règnes. Son style clair et familier s’exerçait sur des objets profonds et nous déguisait notre ignorance. Montesquieu vint ensuite montrer aux hommes les droits des uns et les usurpations des autres, le bonheur possible et le malheur réel. Pour écrire l’histoire grande et calme de la nature, Buffon emprunta ses couleurs et sa majesté; pour en fixer les époques, il se transporta dans des temps qui n’ont point existé pour l’homme, et là son imagination rassembla plus de siècles que l’histoire n’en a depuis gravé dans ses annales: de sorte que ce qu’on appelait le commencement du monde, et qui touchait pour nous aux ténèbres d’une éternité antérieure, se trouve placé par lui entre deux suites d’événements comme entre deux foyers de lumière, Désormais l’histoire du globe précédera celle de ses habitants.

Partout on voyait la philosophie mêler ses fruits aux fleurs de la littérature, et l’Encyclopédie était annoncée. C’est l’Angleterre qui avait tracé ce vaste bassin où doivent se rendre nos diverses connaissances; mais il fut creusé par des mains françaises. L’éclat de cette entreprise rejaillit sur la nation et couvrit le malheur de nos armes. En même temps, un roi du Nord faisait à notre langue l’honneur que Marc-Aurèle et Julien firent à celle des Grecs: il associait son immortalité à la nôtre. Frédéric voulut être loué des Français comme Alexandre des Athéniens. Au sein de tant de gloire parut le philosophe de Genève. Ce que la morale avait jusqu’ici enseigné aux hommes, il le commanda, et son impérieuse éloquence fut écoutée. Raynal donnait enfin aux deux mondes le livre où sont pesés les crimes de l’un et les malheurs de l’autre. C’est là que les puissances de l’Europe sont appelées tour à tour au tribunal de l’humanité, pour y frémir des barbaries exercées en Amérique: au tribunal de la philosophie, pour y rougir des préjugés qu’elles laissent encore aux nations; au tribunal de la politique, pour y entendre leurs véritables intérêts, fondés sur le bonheur des peuples.

Mais Voltaire régnait depuis un siècle, et ne donnait de relâche ni à ses admirateurs ni à ses ennemis. L’infatigable mobilité de son âme de feu l’avait appelé à l’histoire fugitive des hommes; il attacha son nom à toutes les découvertes, à tous les événements, à toutes les révolutions de son temps, et la renommée s’accoutuma à ne plus parler sans lui. Ayant caché le despotisme de l’esprit sous des grâces toujours nouvelles, il devint une puissance en Europe, et fut pour elle le Français par excellence, lorsqu’il était pour les Français l’homme de tous les lieux et de tous les siècles. Il joignit enfin à l’universalité de sa langue son universalité personnelle; et c’est un problème de plus pour la postérité.

Ces grands hommes nous échappent, il est vrai; mais nous vivons encore de leur gloire, et nous la soutiendrons, puisqu’il nous est donné de faire dans le monde physique les pas de géant qu’ils ont faits dans le monde moral. L’airain vient de parler entre les mains d’un Français, et l’immortalité que les livres donnent à notre langue, des automates vont la donner à sa prononciation. C’est en France et à la face des nations que deux hommes se sont trouvés entre le ciel et la terre, comme s’ils eussent rompu le contrat éternel que tous les corps ont fait avec elle; ils ont voyagé dans les airs, suivis des cris de l’admiration et des alarmes de la reconnaissance. La commotion qu’un tel spectacle a laissée dans les esprits durera longtemps, et si, par ses découvertes, la physique poursuit ainsi l’imagination dans ses derniers retranchements, il faudra bien qu’elle abandonne ce merveilleux, ce monde idéal d’où elle se plaisait à charmer et à tromper les hommes: il ne restera plus à la poésie que le langage de la raison et des passions.

Cependant l’Angleterre, témoin de nos succès, ne les partage point. Sa dernière guerre avec nous la laisse dans la double éclipse de la littérature et de sa prépondérance, et cette guerre a donné à l’Europe un grand spectacle. On y a vu un peuple libre conduit par l’Angleterre à l’esclavage, et ramené par un jeune monarque à la liberté.

L’histoire de l’Amérique se réduit désormais à trois époques: égorgée par l’Espagne, opprimée par l’Angleterre et sauvée par la France.


Italien ist am Ende

April 12, 2008

In der Frankfurter Rundschau prophezeit Peter Michalzik eine ziemlich düstere Zukunft für Italien vor der Wiederwahl Silvio Berlusconis. Das Land sei politisch am Ende.

“Man muss einen Schritt weiter gehen und dem Umstand ins Auge blicken, dass Italien, vielleicht neben Weißrussland, das erste Land Europas ist, das keine Politik mehr hat… In Italien ist der Staat nur noch dazu da, jenen, die es schaffen, ein Teil von ihm zu werden, ein sicheres und luxuriöses Auskommen zu sichern. Die Karriere als Politiker ist da besonders attraktiv. Die Abgeordnetengehälter sind exorbitant, vergleichbar nur mit den größten und reichsten Nationen der Welt. Der Staat ist der Kuchen, von dem sich jeder ein so großes Stück nimmt, wie er kann.”

Zum Artikel.


Italiens Parlamentswahlen 2008: Das Putin Syndrom

April 2, 2008

Sollte Silvio Berlusconi bei den kommenden Parlamentswahlen gewinnen, prophezeit der italienische Philosoph Paolo Flores d’Arcais im Gespräch mit der Süddeutschen Zeitung, “wird er Regierungschef für fünf Jahre, und dann wird er sich am Ende der Legislaturperiode zum Staatspräsidenten mit weiteren sieben Jahren Amtszeit wählen lassen.

Zwölf Jahre Berlusconi-Kur – danach dürfte die italienische Demokratie ungefähr so aussehen wie die russische.”

Vollständiges Gespräch lesen.


Literatur und Moral: gegen die Ästhetisierung des Schmerzes

April 1, 2008

In Italien hat eine Abhandung des neapolitanischen Schriftstellers Antonio Pascale über den Autor als “Verantwortlichen des Stils” einen Literaturstreit ausgelöst, berichtet die heutige Ausgabe der Neuen Zürcher Zeitung.

“Pascale wendet sich gegen die ‘Ästhetisierung des Schmerzes’, und gegen eine Rhetorik, die sich unfreiwillig der Sprache derjenigen anverwandelt, die sie eigentlich anklagen will.

Andere Schriftsteller wehren sich, indem sie Pascales Argumentation verkürzen und polemisch behaupten, anscheinend gehöre es jetzt zum guten Ton, gegen die Ästhetisierung aller Gefühle zu wettern. Dabei sei doch die Ästhetik gerade das Mittel, das einem Vorgang Bedeutung gebe, schreibt beispielsweise Paola Capriolo im Corriere della Sera. Der Literaturwissenschaftler Andrea Cortellessa spricht sich ganz ähnlich gegen eine ‘Ideologie des Dokuments’ und einen ‘Puritanismus der Klarheit’ aus. Er beruft sich auf Carlo Emilio Gadda und dessen Nachkriegs-Polemik gegen den literarischen Neorealismus, der nur die Oberfläche der Phänomene beschrieben hätte aber nicht ihre Tiefe.”

Zum Artikel.


Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac réunis pour l’hommage au dernier héros de la Grande Guerre

March 17, 2008

chirac-sarkozy-17032008.jpg

La République a rendu aujourd’hui un hommage solennel à Lazare Ponticelli, soldat et patriote français né en Italie et ultime poilu décédé à l’âge de 110 ans, ainsi qu’à ses 8,5 millions de camarades de la Première Guerre mondiale, dont 1,4 million furent tués lors de ce conflit, le premier du genre de l’histoire contemporaine de par son ampleur planétaire.

La cérémonie s’est déroulée à l’Hôtel national des Invalides, haut lieu de mémoire des armées de la France.

11 heures: Le cercueil de Lazare Ponticelli pénètre dans l’église Saint-Louis des Invalides, porté par onze légionnaires au képi blanc et encadré de quatre pionniers barbus au large tablier de cuir, hache sur l’épaule, appartenant au 3e régiment étranger d’infanterie, héritier du 4e régiment de marche de la Légion étrangère où avait servi Lazare Ponticelli. Une minute de silence est observée dans les administrations et les drapeaux mis en berne sur les bâtiments publics.

Sous les ors de “l’Eglise des soldats”, 500 personnes suivent les obsèques religieuses, dont le président Nicolas Sarkozy et son prédécesseur et ancien mentor Jacques Chirac.

12 heures: Le cercueil est acheminé vers la cour d’honneur entre une double haie de membres de l’association “Le Poilu d’Epernay”, fusil Lebel à la main, revêtant l’uniforme français de 1915: casque d’acier Adrian, capote, pantalon et bandes molletières en drap bleu horizon, brodequins de cuir. L’académicien et ancien homme politique Max Gallo, lui aussi fils d’immigrés italiens, prononce alors une allocution émouvante évoquant avec prestance les faits d’armes de Lazare Ponticelli qui “nous rend fiers, par toute sa vie, d’être son frère humain”.

12 heures 45: La “Marche funèbre” de Chopin accompagne le pas des légionnaires qui portent le cercueil vers la sortie. Il sera inhumé cinq heures plus tard, dans l’intimité, dans le caveau familial du cimetière d’Ivry-sur-Seine.

15 heures 40: Nicolas Sarkozy pénètre seul sous le Dôme des Invalides. Près du tombeau en bronze du maréchal Ferdinand Foch, généralissime des armées alliées à la fin de la Grande Guerre, il dépose une gerbe devant une plaque dévoilée par deux collégiens.

La plaque porte les mots suivants: “Alors que disparaît le dernier combattant français de la première guerre mondiale, la Nation témoigne sa reconnaissance envers ceux qui ont servi sous ses drapeaux en 1914-1918. La France conserve précieusement le souvenir de ceux qui restent dans l’Histoire comme les Poilus de la Grande Guerre”.

16 heures: Dans une longue allocution, le président de la République Nicolas Sarkozy déclare notamment: “En cet instant, dans toute la France, la pensée de chacun se tourne vers ces femmes et ces hommes qui nous ont appris la grandeur du patriotisme qui est l’amour de son pays et la détestation du nationalisme qui est la haine des autres”.

17 heures: La cérémonie s’achève. Le choeur de l’Armée française interprète “La Madelon”, le chant des poilus.


Italiens Kunst des Nicht-Regierens

February 8, 2008

In der Neuen Zürcher Zeitung macht sich Rudolf Stamm über die politische Dauerkrise in Italien lustig, die eine zweite Natur Italiens sei:

“Das eigene politische Lager zu erpressen, gehört zur systemimmanenten Normalität. Die Kommunisten in der Regierung Prodi übten sich ebenfalls in diesem Spiel. Unter Berlusconi war es die Lega Nord, die ihre Auffassung über Verfassungsreform und Wahlrecht durchsetzte. Die Erstere ist inzwischen sang- und klanglos gescheitert, doch nach dem monströsen, extreme Zersplitterung begünstigenden Wahlrecht müssen die Italiener im April ein weiteres Mal über die politischen Geschicke des Landes entscheiden. Der politische Hausverstand sagt, dass nach dem Versagen der Linken nun wieder die Rechten an der Reihe seien.”

Zum Artikel.